Psion perpétue l’héritage de ses PDA avec l’Omnii RT15

MobilitéPoste de travail

La gamme Psion s’enrichit d’un ixième PDA durci, l’Omnii RT15, qui tient beaucoup d’un prédécesseur sorti au mois de janvier, en l’occurrence le XT15. La solidité s’allie aux services pour quelque 1700 euros TTC.

Psion enrichit sa gamme de PDA durcis avec le RT15, copie quasi conforme du dénommé XT15 officialisé en janvier dernier. Les deux terminaux se ressemblent telles deux gouttes d’eau et un credo perdure par-dessus tout : la robustesse à l’épreuve du nomadisme.

La solidité alliée aux services, ce concept n’a en soi plus grand-chose de novateur, mais le seul programme Omnii Advantage, instigué en parallèle au XT15, apporte à l’ensemble une certaine plus-value. Ce programme de mise à jour technologique offre aux clients la possibilité de faire évoluer gratuitement leur outil, avec des modules amovibles à foison : puces NFC, lecteurs de codes-barres, claviers multilingues, stations d’accueil, etc.

En dépit de sévères contrariétés qui imposent notamment un retour du PDA en atelier aux frais de l’expéditeur et la limitation de cette offre à cinq années à compter de la date d’achat de l’appareil (un délai que Psion estime être « un cycle de vie respectable »), Omni Advantage permet aux entreprises d’optimiser le coût total de possession de chacune de leurs machines, de l’ordre de 30 %.

Deux frères de sang

Du XT15 (1600 euros TTC) au RT15 (100 euros supplémentaires après conversion de la devise américaine – 1899 dollars HT), seule change l’échelle tarifaire. L’ADN à proprement parler ne diffère guère. À cet égard, l’ensemble des accessoires du catalogue est compatible avec l’un ou l’autre de ces PDA. L’ultra-résistance éprouvée du châssis (tolère les chutes jusqu’à 1,8 m de hauteur) s’allie à la certification IP65 de l’écran tactile VGA de 3,7 pouces, étudié pour encaisser des impacts de 1,25 joule.

L’autonomie de la batterie tutoie toujours les vingt heures en utilisation classique. Pas d’évolution à entrevoir à ce sujet, au même titre que sur le design, qui reste l’élément le moins aguicheur. Mais cette rudesse apparente cache un cœur ARM à croquer. À la baguette, un processeur Texas Instruments AM3715 Sitara à 800 MHz, celui-là même qu’embarque le XT15. Pour le seconder, 256 Mo de RAM, une généreuse ROM de 1 Go et un emplacement destiné à des cartes microSD, jusqu’à 32 Go. Fidèle à son aïeul, le RT15 joue sur tous les tableaux au chapitre de la connectivité sans fil. Pas en reste sur ce point, il intègre une interface WLAN 802.11n, le Bluetooth 3.0, une interface 2G doublée d’un modem 3.8G HSPA+ et un module GPS.

L’offre logicielle impose désormais en standard la plate-forme Windows Embedded Handheld 6.5, amenée à supplanter progressivement l’OS Windows CE 6.0. Outre les sempiternels applicatifs Microsoft (Internet Explorer et Office Outlook dans leurs versions mobiles), Psion a fait la part belle à des systèmes de VPN, de géolocalisation, de sécurisation à distance et d’administration centralisée de flottes mobiles.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur