Publicité : Internet devant la radio en France

Régulations

La croissance du média se confirme, les potentialités restent nombreuses

La publicité sur Internet va de mieux en mieux. Le baromètre du premier trimestre réalisé conjointement par l’IAB (interactive advertising bureau), SRI (syndicat des régies internet) et TNS Sofres confirme un phénomène de fond.

Au premier trimestre de l’année 2008, la publicité sur Internet en France dégage un chiffre d’affaires de 1,8 milliard d’euros, soit une progression de 38% par rapport à l’année dernière à trimestre comparable. Le Web représente la plus forte progression tout média confondus. La presse, la télévision, la radio ont respectivement progressé de 4,3, 1,8 et de 0,8%.

Depuis 2003, le part du gâteau publicitaire grignoté de la Toile ne cesse d’augmenter. Au premier septembre 2008, Internet représente 14,7% de parts de marché ! Rappelons que début juillet, une étude réalisée par ZenithOptimedia indiquait que la publicité sur la Toile devait dépasser les 10% de part de marche pour l’année 2008, juste devant la radio.

Cette donnée semble aujourd’hui se confirmer : le Web est le 3e média en termes d’investissements publicitaires même si, il faut le rappeler, les remises tarifaires sur les pub en ligne sont bien plus importantes que dans les autres médias. En prenant en compte les investissements nets des annonceurs sur la Toile (et pas bruts), la part du Web est certainement inférieure.

Cette progression du Web est notamment due à la multiplication du nombre d’annonceurs. Entre le premier trimestre 2007 et le premier trimestre 2008, ce nombre a progressé de 32% à 3.352. Entre 2003 et 2008, ce chiffre a tout bonnement été multiplié par quatre.

Les investissements consacrés par les annonceurs ont eux aussi emprunté le chemin de la croissance. Les deux branches les plus présentes sur le Web, le voyage-tourisme et l’informatique affichent chacun une croissance légèrement supérieure à 44%. Des géants tels que Dell et HP consacrent 60% de leur budget publicitaire au Web. Les plus importants annonceurs sur la Toile restent la SNCF avec 39 millions d’euros par an et les opérateurs de téléphonie mobile (Bouygues Télécom et Orange y consacrent plus de 30 millions d’euros).

Le budget moyen par annonceur consacré à publicité sur le Web (563.000 euros), reste néanmoins largement inférieur aux 2 millions d’euros par annonceurs pour la télévision.

En Europe, la France reste en tête dans les investissements publicitaires sur le Web. L’hexagone affiche une progression de 6,6% contre 3% pour l’Allemagne et 1,3% pour l’Italie et un recul de -1% pour les Etats-Unis. Rappelons toutefois qu’outre-Atlantique, le très juteux marché des investissements publicitaires sur le Web provoque de monstrueux mouvements de capitaux, à l’image du rachat de DoubleClick par Google pour 3,24 milliards de dollars.

Le bilan de ce premier trimestre reste néanmoins à prendre avec des pincettes. Le chiffre d’affaires, exprimé en brut, démontre une certaine vigueur qui, malgré tout, restera à confirmer. De même, certains secteurs comme la distribution, dotée de réelle potentialité conservent de véritables marges de progression.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur