8,7 milliards de puces ARM livrées en 2012

Composants
puces-arm-2012

ARM conclut son exercice budgétaire 2012 sur une forte progression annuelle de son chiffre d’affaires, marquée par une recrudescence de la demande en puces Cortex et en solutions graphiques Mali.

En dépit d’une circonspection affichée lors de la publication de ses prévisionnels, ARM Holdings rend une copie convaincante à l’issue d’un exercice budgétaire 2012 conclu sur une hausse de son chiffre d’affaires, en croissance de 16% sur un an, à 913 millions de dollars.

Ambassadrice de la révolution post-PC, la société britannique conceptrice de puces ARM a signé un dernier trimestre conforme aux attentes, marqué par la diversification de son portefeuille à destination d’une multitude d’appareils électroniques, des téléviseurs connectés aux serveurs de stockage personnels.

Elle a généré, sur ces trois mois, 262,8 millions de dollars, dont 38% issus d’accords de licences, un segment en progression annuelle de 28%. À l’échelle de l’année, le montant des royalties perçues a augmenté de 17% pour atteindre 473,9 millions de dollars.

Près d’un millier de partenaires

L’ARMv8 est le plus porteur, avec huit contrats d’exploitation parafés, dont six pour des processeurs et deux pour des architectures. Sur les 36 accords de licences noués entre octobre et décembre, et qui portent à 956 le nombre de partenariats, trois concernent les puces Cortex-A15.

Au total, 8,7 milliards de composants livrés en 2012 – dont 2,5 milliards au 4e trimestre, soit 300.000 de plus que cet été et +13% sur un an – implémentent les technologies d’ARM Holdings avec, en guise de clients les plus fidèles, TSMC, Broadcom pour les set-top box, Infineon pour les systèmes d’alimentation électrique, mais aussi Samsung, qui prépare notamment son CPU Exynos 5 Octa.

La demande évolue

Si la famille Cortex-A a vu ses livraisons doubler au cours de l’automne, les solutions graphiques Mali, que l’on retrouve dans les terminaux mobiles et certains systèmes embarqués, ont connu un essor plus fulgurant encore, avec 7 accords de licences et une production quadruplée (11% des puces ARM livrées au cours du trimestre).

En global, la moitié des composants ARM qui sortent d’usine peuplent des terminaux mobiles ; 28% trouvent leur place dans les solutions embarquées ; 16% gagnent le monde de l’entreprise et 5%, les systèmes domestiques.

L’EBITDA sur l’année s’élève à quelque 126 millions de dollars, pour un bénéfice net de 116 millions de dollars, contre 80 millions en 2011. La marge brute, annoncée stable à 45,6%, n’y est pas étrangère.

Et les perspectives pour 2013, qui font état d’un chiffre d’affaires de 250 millions de dollars au 1er trimestre, s’inscrivent dans cette même dynamique, en phase avec la montée en puissance des smartphones et des tablettes, des marchés pressentis pour exploser respectivement de 36% et 75% en volume, à s’en fier au dernier baromètre de Gartner.

—— A voir aussi ——
Quiz Silicon.fr : aux ARM, etc.

Crédit photo : YAKOBCHUK VASYL – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur