Pour gérer vos consentements :

Qlik se vend à Thoma Bravo pour 3 milliards de dollars

Elliott Management, le fonds activiste, a encore frappé. Qlik, le spécialiste de la dataviz et de la business intelligence, vient d’annoncer qu’il acceptait l’offre de rachat de Thoma Bravo. Le fonds d’investissement propose la somme de 3 milliards de dollars en cash, c’est-à-dire à un prix de 30,50 dollars par action pour reprendre l’ensemble de la société. Cela représente une prime de 40% par rapport aux prix moyen des actions achetées avant le 3 mars dernier, soit 21,83 dollars. Or, à cette période-là, Elliot Management est devenu actionnaire à hauteur de 8,9% de Qlik. Une belle bascule !

Fort de cette entrée au capital, le fonds activiste n’a eu de cesse de faire pression sur la direction et le conseil d’administration de Qlik pour réviser les orientations stratégiques et opérationnelles de l’entreprise. Il estimait en outre que l’action de Qlik était « sous-évaluée de manière significative ».  Ce n’est pas la première fois qu’Elliot Management fait pression sur des sociétés en investissant de fortes sommes. On se souvient qu’EMC, l’été dernier, avait vu le fonds activiste prendre pour plus d’un milliard de dollars de participation au sein du leader du stockage et forcer Joe Tucci à abandonner sa stratégie de fédération, ainsi que céder la pépite VMware. A la même époque, le fonds avait réussi à pousser vers la sortie Mark Templeton, le CEO de Citrix, pour réorienter la stratégie de l’entreprise.

Thoma Bravo un accélérateur de croissance et de cash

Thoma Bravo n’est pas un inconnu pour les entreprises IT. Il dispose d’un large portefeuille : Compuware, Flexera, Keynote, Landesk, Riverbed, etc. Les équipes de Thoma Bravo se veulent rassurantes : « nous sommes impatients de travailler avec Qlik pour les aider à développer leur plateforme de Business Intelligence et d’analytique. Le besoin dans ces solutions est en pleine croissance et Qlik est bien positionné pour y répondre et guider le marché ». Ils entendent « apporter leur expérience dans le marché des logiciels pour accélérer la croissance de Qlik sur l’ensemble des territoires ».  Pour mémoire, Qlik dispose d’un portefeuille de 39 000 clients, 7 000 partenaires et il est présent sur plus de 100 pays.

Sur la partie organisationnelle, le siège de Qlik demeure à Radnor, en Pennsylvanie et la direction ne change pas. Pas d’impact non plus sur les produits, assure un communiqué.  La transaction doit maintenant obtenir l’approbation des actionnaires et des autorités de régulation. L’opération devrait être finalisée au troisième trimestre 2016.

A lire aussi :

Cloud et Big Data, Qlik avance sans ombres au Tableau

BI : Qlik veut convertir les métiers au mélange des données

crédit photo © Estima – Fotolia.com

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

2 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

2 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

2 semaines ago