Quanta poursuit AMD pour des puces ATI défectueuses

JuridiqueRégulations
Du rififi dans le nuage entre Amazon et Google

Le géant taïwanais Quanta Computer poursuit AMD pour rupture de contrat, affirmant que le fondeur lui a livré des produits ATI défectueux.

Fabriqués par ATI Technologies, filiale d’AMD, certains composants intégrés aux ordinateurs portables NEC auraient tendance à chauffer plus qu’attendu, entraînant des dysfonctionnements des ordinateurs. C’est tout du moins ce qu’affirme le Taïwanais Quanta Computer, premier fabricant mondial d’ordinateurs (pour HP, Dell et Acer) et, dans le cas présent, fabricant des ordinateurs du Japonais NEC, la seule marque à avoir à ce jour rencontré le problème.

Une plainte est en cours

L’affaire paraît suffisamment sérieuse pour que Quanta dépose une plainte auprès de la cour fédérale américaine de justice de San Jose, située au cœur de la Silicon Valley. Le Japonais NEC est en effet bien implanté aux États-Unis avec ses gammes de PC. Quanta n’y va pas avec le dos de la cuillère : il accuse AMD d’être à l’origine d’une prochaine perte de chiffre d’affaires et de profits, de rupture de garantie, de négligence, de fraude au civil et d’interférence dans le contrat qui le lie à NEC.

AMD a répliqué en indiquant que la plainte de Quanta n’a pas de fondement. Le composant incriminé n’aurait d’effet ni sur les autres modèles NEC qui l’embarquent, ni sur les PC d’autres marques. En tout cas, aucune alerte n’a été lancée, ni par AMD ni par NEC. L’affaire ne concernerait donc qu’une gamme réduite de produits. En revanche, ce type de plainte est toujours délicat à traiter et pourrait soit se réduire à un accord à l’amiable entre les deux protagonistes, soit à une longue procédure à l’issue incertaine. Une affaire à suivre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur