R. Donnedieu de Vabres veut ‘briser’ l’emprise d’iTunes

Régulations

Le débat sur la loi DADVSI au Sénat se focalise sur les problèmes de portabilité. Après une première attaque contre Apple en mars, notre ministre de la Culture remet de l’huile sur le feu. Et déplace le débat

Nouvelle attaque en piqué contre Apple de la part de Renaud Donnedieu de Vabres: il s’en prend au très rentable couple iTunes+iPod. Et dans un journal anglophone !

Dans un entretien au quotidien américain Herald Tribune, notre ministre de la Culture déclare qu’il entend “briser l’emprise” de la technologie iTunes sur le marché de la musique en ligne payante. RDDV remet donc sur la table l’épineux problème de la portabilité des fichiers numériques mise à mal par le système Apple. Ce dossier semble désormais au centre du débat de la loi DADVSI (droits d’auteur et droits voisins sur Internet) dont l’examen au Sénat commence ce jeudi. La loi prévoit en effet le principe de l’interopérabilité, c’est-à-dire la possibilité de lire sur n’importe quel support un fichier acheté sur un site légal. “Notre intention avec cette loi est de casser l’emprise d’une technologie sur des oeuvres culturelles. Quand j’achète un CD ou une vidéo sur internet, je dois pouvoir le lire sur n’importe quelle machine”, a déclaré le ministre français. Cette position française ulcère Apple dont le modèle économique à succès (traduction: poule aux oeufs d’or) repose justement sur l’exclusivité théorique entre les morceaux achetés sur iTunes et leur lecteur sur l’iPod. Son adoption défintive obligerait Apple à revoir ses pratiques commerciales et à ouvrir le code de son système propriétaire. Ce qu’il refuse avec force. Apple s’est toujours refusé à ouvrir son système, et a rejeté toutes les propositions provenant de l’industrie allant dans ce sens. Une position qui permet à Apple de conserver très nettement sa position de leader. En mars dernier, lors de l’adoption de cet amendement par les députés, l’affaire avait déjà fait scandale et même créé un mini incident diplomatique entre la France et les Etats-Unis. Les seconds accusant les premiers de protectionisme. Le groupe américain avait ainsi affirmé que l’application de la loi en France se traduirait par “une culture officielle du piratage”. Du piratage contre Apple bien sûr… Et de poursuivre: “Si cela se produit, les ventes légales de musique vont s’effondrer alors même que des alternatives légales au piratage commencent à prendre auprès des clients”. Finalement, la firme menace de quitter purement et simplement le marché français. Rien que ça. Les dernières déclarations de Renaud Donnedieu de Vabres ne risquent donc pas de rassurer Apple qui compte sur l’annulation de l’amendement par les sénateurs. Même si le ministre déclare n’avoir “absolument rien contre iTunes” et assure qu’il ne s’agit pas d’une quelconque vengeance ou de protectionnisme à l’encontre d’une société étrangère”, cet amendement vise bien directement Apple. Et en déplaçant le débat de la loi Dadvsi sur ce problème, certes important mais secondaire face aux questions des verrous numériques et du droit à la copie privé, le ministre s’offre une image de défenseur du consommateur et évite la polémique autour des vraies questions… Pour consulter notre dossier sur le projet de loi DADVSI


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur