Rachat de 3Com : Bain Capital et Huawei repartent à la charge

Régulations

Un nouveau projet devrait êtyre présenté. Objectif : rassurer les autorités américaines

Le feuilleton du rachat de l’équipementier télécoms américain 3Com par son concurrent chinois Huawei et le fonds d’investissement Bain Capital n’est pas terminé. Suite aux réticences des autorités américaines de voir un groupe chinois s’emparer de 16,5% de 3Com, une première version du projet avait été retirée. Mais selon leWall Street Journal, Bain Capital et Huawei vont à nouveau soumettre leur proposition, avec quelques changements pour rassurer les autorités américaines.

Rappel des faits. En septembre 2007, la cession de la firme californienne est annoncée pour 2,2 milliards de dollars. Les heureux acquéreurs sont le fonds d’investissement Bain Capital mais surtout le géant chinois Huawei. Rien d’étonnant puisqu’en 2003, 3Com et ce géant chinois avaient constitué une co-entreprise installée à Hangzhou, à 200 km de Shanghai.

Même si le géant chinois des réseaux ne prendra pas une participation majoritaire dans 3Com (16,5%), cette entrée dans le capital de l’équipementier inquiète le très attentif Comité américain sur les investissements étrangers (CFIUS) qui ouvre une enquête approfondie sur la question, preuve que le sujet est sensible.

Car il faut savoir que 3Com fournit des agences américaines, notamment à la Défense. Pire, le groupe vend au Pentagone des systèmes de détection et de prévention d’intrusions informatiques. Et compte tenu du contexte actuel, des relations sino-américaines et surtout des accusations de hacking d’Etat opéré par la Chine, Washington s’inquiète des risques sur la sécurité nationale. Une porte d’entrée chez 3Com ne permettrait-elle pas à l’Empire du Milieu d’accentuer ces cyber-attaques (si ces attaques sont en effet ‘officielles’) ?

C’est en tout cas l’avis du directeur du renseignement national (DNI) qui a alerté le CFIUS par le biais d’un courrier sans ambiguïtés soulignant les dangers de l’entrée de Huawei dans le capital de 3Com.

Pour Bain Capital, qui contrôlera 83,5% de 3Com, la question de sécurité ne se pose pas. Même discours rassurant de Huawei qui déclare que cette opération est avant tout financière et qu’il a l’intention de rester un actionnaire minoritaire.

Mais fin février, le poids des réticences de l’administration a poussé Huawei et Bain Capital à retirer leur projet. Pour autant, les parties avaient alors indiqué que le dossier n’était pas clos et que des discussions se poursuivaient avec la commission.

Un nouveau dossier devrait donc être présenté “au cours des prochaines semaines”, selon le quotidien américain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur