Les raisons du divorce entre Cisco et EMC

Gestion des réseauxRéseaux

D’après une enquête de Venture Beat, le partenariat entre EMC et Cisco part à vau-l’eau en raison d’un rachat opéré par VMware, filiale d’EMC, en 2012. Celui de Nicira, une start-up du SDN dont Cisco voulait également s’emparer.

Nos confrères de Venture Beat révèlent, dans un article paru ce week-end, les coulisses du divorce entre Cisco et EMC. Un divorce devenu une évidence la semaine dernière via le retrait de l’équipementier réseau de la co-entreprise qu’il avait fondé avec son plus proche partenaire : VCE. Ce retrait n’a rien à voir avec un éventuel échec commercial de cette société produisant des systèmes convergés (VCE approchant des 2 Md$ de chiffre d’affaires par an), mais serait la conséquence du rachat de Nicira par VMware, filiale d’EMC. Une emplette datant de 2012 et effectuée au prix fort (1,26 Md$) pour une petite start-up. Et surtout un rachat fait au nez et à la barbe de Cisco.

A la tête de Nicira se trouve Martin Casado, considéré comme l’inventeur du SDN (Software-defined network), concept consistant à déporter l’intelligence du réseau dans le logiciel et à bâtir les architectures réseau sur du matériel banalisé. Une menace très concrète pour Cisco qui contrôle pas loin de 50 % de ce marché de 50 Md$. Pour la mettre sous contrôle, l’équipementier s’est très tôt intéressé au rachat de la start-up, aiguillonné par un grand client. Première approche sur Nicira. La start-up se tourne alors vers un des banquiers stars de la Silicon Valley, Franck Quattrone, pour étudier d’autres offres. Et celles-ci n’ont pas manqué si on en croit Venture Beat (Oracle, Citrix, F5, Microsoft, IBM, VMware…).

« Joe ne me ferait pas un coup pareil »

Cisco offre alors 750 M$, dont une large part en actions. Mieux que la plupart des concurrents. Mais moins bien que VMware. John Chambers, le Pdg de l’équipementier, est informé qu’une proposition plus généreuse est parvenue à Nicira et que celle-ci implique EMC. Sachant VMware potentiellement intéressé par une technologie de virtualisation du réseau, John Chambers a aussi conscience que la filiale, qui réalise alors environ 1 Md$ de chiffre d’affaires au trimestre et dont ce serait l’acquisition la plus importante, aura besoin du blanc-seing de sa maison mère pour se lancer. Et le Pdg est persuadé que son partenaire privilégié ne le permettrait pas : « Joe ne me ferait pas un coup pareil », aurait dit John Chambers à une source interrogée par Venture Beat. « Joe », c’est évidemment Joe Tucci, le patron d’EMC.

Persuadé que le banquier Franck Quattrone bluffe, Cisco refuse donc de relever son offre. Dans le courant d’un week-end, Nicira et VMware finalisent leur transaction que découvre John Chambers le lundi. Fureur du dirigeant. Les récentes dissensions entre les partenaires d’hier (rapprochement entre Cisco et NetApp, le concurrent d’EMC ; la prise de participation de Cisco dans Parallels, concurrent de VMware ; le changement d’actionnariat au sein de VCE) ne seraient que les conséquences de ce rachat vécu comme une trahison par l’équipementier.

A lire aussi :
Jérémy D’Hoinne, Gartner : « pour le SDN, la sécurité n’est pas prête »
Le SDN, un marché à 8 milliards de dollars en 2018


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur