La RATP démocratise les services NFC pour les bus et les trams

AppsMobilité

La régie des transports parisiens veut pousser un peu plus les services utilisant la technologie sans contact, NFC sur le réseau de trams et de bus.

La RATP affiche son intention de déployer la technologie NFC sur l’ensemble de ses réseaux bus et tramway en Ile-de-France. Une annonce qui survient alors que le salon professionnel Cartes Secure Connexions (Paris Nord Villepinte) vient de s’achever. Actuellement, on recense 6 millions de mobiles compatibles Near Field Communication en circulation en France.

Appliquée aux services de la régie de transport public, cette technologie, qui permet de déployer des services sans contact notamment à partir de son smartphone, a vocation à « favoriser une information des voyageurs plus complète et plus personnalisée » comme l’orientation dans les quartiers, indique nos confrères d’ITepresso.

Depuis le mois dernier, une phase de test a démarré sur la ligne de bus 24 et le tramway T2.  « Ce service sera progressivement déployé sur les 13 000 points d’arrêts des réseaux bus et tramway de la RATP, d’ici la fin du premier trimestre 2015 », est-il précisé dans la communication. Mais, selon un reportage vidéo de France 3 Paris Ile-de-France, les usages restent à développer. Y compris le terme NFC. D’autres canaux d’information sont mis à disposition des voyageurs via leurs téléphones mobiles comme le SMS et le QRcode.

Ce service NFC a été développé par IXXI, une filiale du groupe RATP dédiée à la mobilité urbaine et l’innovation. Sur le site de la RATP, on apprend qu’IXXI a décroché un nouveau contrat en Italie, auprès de TSP (prestataire ancrée dans le même crédo mobilité urbaine & innovation) pour une expérimentation de billettique NFC (le téléphone se transforme en titre de transport). Celle-ci sera menée sur les réseaux de Naples, Ravenne et Bologne.

Pass Navigo : bientôt compatible avec votre smartphone ?

Autre évolution signalée en région parisienne : la distribution d’une nouvelle génération de Pass Navigo a démarré au printemps. Destiné aux voyageurs franciliens (4.25 millions en sont dotés), le support carte, relooké par le designer Philippe Starck, embarque une puce NFC  « qui permettra bientôt de changer son forfait via son téléphone portable ».

Un des avantages avancés sur Paris.fr par rapport à l’ancien Pass Navigo (qui était déjà doté d’une puce sans contact RFID) : le nouveau support peut être présenté verticalement aux portiques d’accès du réseau RATP-SNCF « pour mieux accompagner le geste du voyageur ».

Le début d’une vocation « couteau suisse » ? Selon Le Parisien, la région Ile-de-France lance un projet de « pass régional universel de services » qui pourrait être testé à partir de 2016.

Ainsi, le Pass Navigo pourrait favoriser l’accès à des services dématérialisés pour simplifier les démarches administratives (cartes de médiathèque ou de piscine) voire s’étendre au service de location de voitures électriques en libre-service Autolib’ (déjà compatible avec la déclinaison vélos dénommée Vélib’).

En 2011, une expérimentation d’intégration du Pass Navigo dans le smartphone avait été lancée mais elle n’avait pas abouti à un usage grand public. Avec la nouvelle version du Pass Navigo, peut-on imaginer une nouvelle tentative de billetique NFC ? Au-delà de la RATP, d’autres organisations entreraient dans la concertation comme le Syndicat des Transports d’île-de-France (STIF).

De son côté, Applidium pense que ça va bouger selon une contribution blog. « Nous pensons que la compatibilité de ces cartes [Pass Navigo] avec les mobiles est un pas important dans la direction du m-transport », considère l’agence parisienne spécialisée dans le design d’interface mobile et l’accompagnement de services innovants en mobilité urbaine.

Récemment, Applidium a réalisé un démonstrateur : l’application Android Poinçonneur permet à l’utilisateur de voir le contenu de toute carte Navigo à proximité du téléphone. Illustration en vidéo ci-dessous.

A lire aussi :

RATP : on pourra surfer en 3G et 4G dans le métro dès 2015

La CNIL veut évaluer les impacts du RFID sur la vie privée


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur