Raz-de-marée: les télécoms se rétablissent lentement

Régulations

Un câble sous-marin, reliant la Malaisie, a été particulièrement endommagé. Le trafic a dû être rerouté. Sur les îles et les côtes exposées au ‘tsunami’, on déplore des dégâts considérables

Les services de télécommunications sont progressivement rétablis en Asie du Sud-Est suite au séisme qui a sévi au large de Sumatra, causant, selon le dernier bilan, probablement plus de 100.000 morts, avec les conséquences d’épidémies. Les principaux câbles sous-marins, opérés par des consortiums d’opérateurs, ont peu ou pas été détériorés: les câbles Tata Indicom-Chennai-Singapore, Sea-Me-We-2 et Sea-Me-We-3 et le Western Africa Submarine Cable (WASC) n’ont pas souffert, semble-t-il, pas plus que le Bharti Tele-Ventures Ltd, long de 3.200 km, reliant Chennai, en Inde, à Singapore. Seul le lien vers la Malaysie du câble sous-marin SAFE (South-Asia-Far-East) a été rompu: le trafic a été rerouté via les autres câbles de la région. Ce câble SAFE (en rouge sur la carte) est le prolongement du SAT-3/WASC qui relie l’Europe à l’Afrique de l’Ouest, prolongement vers l’Inde et la Malaisie. La liaison vers l’Inde n’a pas été endommagée. Sur les îles Nicobar et les territoires touchés par le raz-de-marée, en particulier la province d’Aceh en Indonésie, les dégâts sont considérables. Selon l’opérateur télécom indien Sanchar Nigam Ltd, les communications ont été rétablies à Tamil Nadu, Andhra Pradesh et Kerala. Mais plus d’un tiers des échanges télécoms avec Nicobar sont toujours impossibles. Or, les accès par la route pour réparer les installations sont toujours coupés. Au Sri Lanka, le ‘tsunami’ a détruit l’une des tours télécoms et endommagé un autocommutateur, ce qui a mis 10.000 lignes hors service. La plupart des opérateurs ont organisé l’expédition de terminaux téléphoniques à usage public. Mais là où les réseaux fonctionnent, les liaisons sont la plupart du temps saturées du fait de la concentration des appels. Là encore, il faudra de longues semaines pour rétablir un trafic minimal.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur