R&D : de la poudre de RFID signée Hitachi

Réseaux

Objectif du RFID version Hitachi, se faire infiniment petit pour se faire
oublier

Le fabricant japonais d’électronique Hitachi a présenté les plus petits ‘tag’ RFID au monde, à la limite de la poussière?

D’une taille de 0,002 pouce au carré, ces tags (composants marqueurs apposés à un objet et qui stockent l’information numérique qui sera lue par un scanner) sont suffisamment petits pour être embarqués par exemple dans la texture d’une feuille de papier.

La technologie d’Hitachi est dérivée du Mu-chip, un composant RFID d’une taille de 0,4 millimètre au carré développé récemment, mais le nouveau tag, qui peut transporter jusqu’à 38 chiffres, est soixante fois plus petit.

Il présente en revanche deux défauts : il ne dispose pas d’une antenne intégrée, à l’opposé de Mu-chip, il faut donc en ajouter une et la plus petite mesure 0,16 pouces ! Et il n’est pas alimenté, ce qui impose d’employer des lecteurs qui fournissent l’énergie qui permettra au tag de renvoyer l’information qu’il contient.

Hitachi ne projette pas d’industrialiser sa technologie pour le moment, mais y voit beaucoup d’applications, dans l’alimentaire ou sur les tickets de spectacle par exemple.

En revanche, la technologie devrait enflammer l’imagination des amateurs d’espionnage ou de science fiction? Imaginez, un simple souffle et de la poussière de RFID vient se coller sur un individu qui se trouve marqué, ou encore mélangée avec le sucre dans un café?

Sur la photo qui suit, fournie par Hitachi, des tags RFID sont dispersés autour d’un cheveu?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur