R&D : le nouveau défi de Business Objects

Cloud

Après son rachat par SAP, le français doit réorganiser sa recherche et développement

Le rachat de Business Objects par SAP a des conséquences profondes sur le département R&D du français. Le français soit désormais rationaliser cette activité stratégique. Comme l’indique Les Echos, suite au rachat, la R&D de BO est passée de 1.461 personnes à 2.500 salariés répartis sur 35 sites dans le monde. “Nous allons réduire le nombre de nos implantations”, explique Hervé Couturier responsable des activités de développement de Business Objects au sein du groupe SAP sans en dire plus.

Les objectifs de cette manoeuvre sont clairs : améliorer la marge d’exploitation du français. “Cette année, nous tablons sur une augmentation des coûts en R&D de Business Objects de 3 à 4 %, pour une hausse des ventes de 15 à 20 %”, explique au quotidien Hervé Couturier.

Outre la rationalisation des activités, BO pourrait être tenté par des délocalisations vers des pays à bas coûts. Un piège selon le responsable. “Les salaires augmentent de 15 à 20 % en Inde et les taux de rotation des effectifs sont de plus de 15 % contre de 3 à 5 % en Europe de l’Ouest. La perte de productivité peut être facilement de 20 à 30 % lors d’une délocalisation dans ces pays”.

Il s’agira également d’intégrer deux cultures de la R&D : centralisée chez SAP, privilégiant la libre initiative chez Business Objects.

A lire également : SAP – BO: le mariage est consommé !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur