Recap 2005 : serveurs – Linux, Windows, et? Sun

Régulations

Résumé d’une année d’actualité sur les serveurs, leurs acteurs, les systèmes d’exploitation et les tendances de ce marché hautement stratégique, au c?ur des réseaux d’entreprises

Deux tendances majeures ont dominé le marché des serveurs durant cette année 2005. Tout d’abord technologique avec l’adoption massive des processeurs multi c?urs, ensuite sur les environnements, l’année écoulée ayant confirmé la montée en puissance de Windows et Linux, face au vieillissant Unix, qui pourtant n’a pas encore dit son dernier mot !

Passons rapidement sur les statistiques, Windows et Linux mettent le turbo sur le marché des serveurs et IBM toujours en tête du marché des serveurs. Sans oublier le phénomène qui monte, la virtualisation. Linux Linux continue de progresser, dans les services de santé britanniques, au ministère de l’Agriculture, dans les écoles sud-coréennes ou à Munich. Même si Paris ne se presse pas pour battre pavillon Linux. Microsoft Chez Microsoft, la stratégie Windows Server porte ses fruits et l’OS destiné au monde des serveurs du premier éditeur mondial continue inexorablement à faire son trou. Windows Server 2003 passe en R2. Il peut désormais compter sur SQL Server 2005, avec lequel Microsoft cherche à séduire les éditeurs. Reste à régler la question des licences. Mais l’éditeur a sa réponse pour les licences ‘virtuelles’. Quant à l’Itanium, il disposera d’une version Longhorn Server, Oui, mais en version limitée. Intel vs AMD AMD a su imposer sa technologie jusque sur le marché des serveurs. L’Opteron a validé l’approche 32/64 bits, l’intégration du contrôleur mémoire dans le processeur et le bus Hypertransport, ces technologies qui battent Intel sur les benchmarks. Mais ce dernier n’est pas en reste. Intel a mis le cap sur les les plates-formes serveurs 64 bits. Il avance ses plates-formes Xeon ‘multi-c?urs’. Car si les fabricants ont adopté l’Opteron, mis à part Dell évidemment, tout le monde veut du Xeon ‘dual-core’?. IBM Pendant combien de temps encore Big Blue conservera-t-il la première place sur le marché des serveurs ? Le constructeur multiplie les offres, annonce de nouveaux serveurs Unix avec processeur Power5+, et n’oublie pas Lotus Notes et Domino en version 7. Et les blades (serveurs lames) ? IBM dévoile ses projets pour 2006. Dell Dell enregistre la plus forte progression sur le marché des serveurs. S’il reste fidèle à Intel, il abandonne l’Itanium. Et le constructeur confirme sa stratégie partenariale avec Oracle : ils font du grid et du ‘bundle’. Sun Il nous reste à évoquer celui qui sans nul doute aura été le plus prolifique et le plus innovant de l’année, Sun Microsystems, même s’il lui reste à confirmer moins la pertinence que l’accueil que le marché réservera à ses investissements. Tout d’abord, le constructeur relance le marché des serveurs RISC, avec Niagara II, 8 cores et 64 thread, le nouvel UltraSPARC T1, processeur éco-responsable, et son nouveau métrique. L’UltraSPARC 4 n’est pas oublié. Associé à Fujitsu, Sun a annoncé les nouveaux monstres Unix. Le constructeur mise gros. Il casse le marché des serveurs Risc et prend même le risque de proposer la technologie Sparc en ‘open source’. Sa vision va jusqu’à la fin des microprocesseurs ?. Sun a aussi surpris avec son agressivité sur le marché des serveurs Opteron. Il anime le marché des serveurs avec processeurs Opteron, se positionne en opposant de l’Itanium avec les serveurs Opteron pour le ‘grid’. Enfin, succès incontesté pour Solaris 10, la dernière version de l’Unix de Sun. Le seul Unix qui a évolué ces dernières années ! En le proposant désormais gratuitement, il a déjà séduit une communauté qui a téléchargé plus de 3,5 millions de licences. Sun a bien évidemment porté Solaris 10 sur les plates-formes AMD Opteron dual core. Et jusqu’à IBM qui va distribuer Solaris sur ses BladeCenter !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur