RECAP 2006, Stockage: pourquoi le mode “en continu” (ou ‘CDP’) renouvelle-t-il la protection de données

Réseaux

L’année 2006 a été avant tout l’année du CDP (Continuous Data Protection)
dans le segment de la protection de données. A preuve, les 8 rapprochements ?
oem ou fusions/acquisitions – intervenus ces derniers mois

Aucun doute, l’année 2006 s’agissant des acteurs de la sauvegarde et du stockage des données, aura été marquée par une forte concentration. Parmi ces acteurs figurent notamment EMC/Kashya, NetApp/Topio, CA/XOsoft, Atempo/Storactive, Iron Mountain/LiveVault, Bakbone/Constant Data et Seagate/EVault. ..

Souvenez-vous! L’année 2005 avait été l’année de l’incubation et de l’émergence du concept détenu uniquement par des startups essentiellement américaine, 2006 restera comme l’année de la prise de contrôle du CDP par les majors du secteur jusque là absentes.

Il reste néanmoins IBM, HP, Sun ou Hitachi (HDS) toujours absents du secteur sans offre propre ou un balbutiement de réponses.

De l’autre côté, quelques startups comme Mendocino Software, TimeSpring, Mimosa Systems, Asempra ou In-Mage restent indépendantes aujourd’hui, et devraient sur 2007 passer chez les majors pour consolider encore davantage le secteur. Malheur alors aux petits n’ayant pas acceptés ou trouvés leur compagnon de route.

Côté technologie, 2 tendances fortes se dégagent, la première est liée à la volonté d’intégrer une fonction CDP à une offre backup existante et l’autre à conserver ou offrir une offre CDP indépendante.

Car il est vrai que le CDP n’a rien à voir avec le backup, ce dernier étant très synonyme d’utilisation de cartouches et lecteurs de bandes, impossible à utiliser quand on retient une offre CDP. Le CDP est lui synonyme de disque qui permet une utilisation à la demande, sans réelle limite en terme de saturation de charges ou parallélisme ? en tout car bien plus tardive ? et pour maintenir une définition simple et accessible, indiquons que le CDP est l’union de techniques de réplication ? locale ou distante ? de mécanisme de snapshot ? prise de cliché de données -, de gestion de versions et de journalisation permettant de garantir un travail sur la profondeur et les versions sans « écraser » les données à chaque modification de la donnée source.

Le CDP est entré dans une phase de maturité, les grands comptes, réticents au départ à l’adoption d’une fonction indispensable proposée uniquement par des jeunes-pousses sans contrat chez eux, peuvent aujourd’hui ajouter cette capacité par simple ajout ou upgrade.

La Protection Continue demeure une des 4 fonctions permettant aujourd’hui de sélectionner un produit de protection de données digne de ce nom, moderne et donc intégrant les défis d’aujourd’hui ? il faut vivre avec son temps ? avec la Déduplication de données, la Virtualisation des librairies de bandes (VTL) et la Protection Distante.

Une statistique, récente, du cabinet d’études IDC récente indiquait que presque 30% des utilisateurs étaient déjà équipés de solutions CDP et que 75% seront équipés d’ici à 12 mois, pour devenir à terme une composante systématique et standard des offres.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur