Récap été 2009 : la fronde anti Google

Cloud

La domination du moteur de recherche le plus utilisé au monde titille les nerfs de ses concurrents. Une alliance s’est créée afin de contrer son hégémonie, notamment dans le domaine de la numérisation.

Face à l’insolente domination de Google sur le marché de la recherche, Microsoft et Yahoo ont fini par s’entendre pour contrer la concurrence du géant de la toile. Fin juillet, les deux sociétés signaient un accord préliminaire qui les engage à partager respectivement technologies et annonces publicitaires. L’objectif est évidemment de grignotter durablement les parts de marché de Google et certains analystes, dont Comscore, pensent que Microsoft et Yahoo ont des chances de rattraper le géant de Mountain View.

L’association Yahoo-Microsoft ne porte pas seulement sur le domaine de la recherche en ligne. Les deux organisations ont rejoint Amazon dans l’Open Book Alliance, une coalition qui regroupe plusieurs associations de bibliothèques et de défense des droits d’auteurs, contre le projet de bibliothèque universelle de Google. Ce dernier n’en continue pas moins de conquérir les bibliothèques du monde entier. La BNF (bibliothèque nationale de France) pourrait bientôt être l’une d’entre elles malgré son opposition antérieure.

Côté justice les coups de tonnerre se font également entendre. Dernièrement un tribunal américain a contraint Google à révéler l’identité d’une bloggeuse, suite à une presque banale affaire de diffamation dans le milieu de la mode. Plus pernicieux encore et toujours aux Etats-Unis, la firme est sous la surveillance de la FTC au même titre qu’Apple. Les deux sociétés seraient soupçonnées d’avoir violé la loi anti-trust . En effet, si le PDG de Google, Eric Schmidt, a dû quitter le conseil d’administration d’Apple, les liaisons humaines continuent à jeter des ponts douteux entre les deux entreprises.

Après s’être mis Yahoo et Microsoft à dos, Google subit d’ailleurs les réticences d’Apple. Il semblerait que le constructeur d’iPhone en ait assez de voir pulluler les services de Google sur sa plate-forme. Elle développerait même des applications concurrentes après avoir rejetée la solution de voix sur IP Google Voice sur le célèbre smartphone.

En matière de refus, la Suisse n’en n’est pas moins catégorique, puisqu’elle a demandé le retrait pur et simple du pays de Google

Street

View. La PFPDT (Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence) considère que les images ne sont pas correctement floutées. Google doit normalement rendre flou images de passants et plaques d’immatriculation, mais son logiciel ne serait pas assez au point.

Ainsi, l’été 2009 n’aura pas été clément avec le géant de la toile. Alliances de concurrents, refus de produits, décision de justice, etc. Il semblerait que l’hégémonie de Google dans plusieurs domaine commence à déranger, voir inquiéter. Pourtant, Mountain View est loin d’être numéro 1 partout… même s’il en prend le chemin. Gmail, le webmail de Google, grignote des parts de marché à Yahoo Mail et Microsoft Hotmail après être passé devant AOL. Moralité, Google semble pour le moment intouchable, à moins que les autorités concurrentielles ne mettent les pieds dans le plat où que la liste de ses frondeurs n’enfle de manière démesurée…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur