Red Hat, IBM et Novell sont les plus gros contributeurs du projet Linux

Logiciels

Red Hat fait bande à part en proposant à lui seul 12 % des modifications du noyau Linux. Décryptage de l’étude réalisée par la fondation Linux…

La fondation Linux vient de dévoiler les résultats d’une étude évaluant qui participe au développement du noyau Linux et à quelle vitesse ce projet évolue. 2,7 millions de lignes de code ont été ajoutées depuis avril 2008. Le nombre de développeurs a augmenté d’environ 10 %, plus de 70 % des contributions provenant de personnes œuvrant pour le compte de compagnies privées. 21,1 % des développeurs travaillent toutefois sur leur temps libre, un chiffre en nette hausse.

« Ce document montre que le rythme du développement de Linux continue de croître », commente Jim Zemlin, directeur exécutif de la Linux Foundation. « Avec l’utilisation croissante de Linux dans les nouveaux marchés, le dévouement de la communauté du développement et la participation des sociétés, le nombre de contributeurs va continuer à croître, assurant ainsi l’existence d’un vaste écosystème soutenant cette plate-forme. »

Depuis la sortie de la version 2.6.24 (fin janvier 2008), les plus gros contributeurs sont Red Hat (12 % des changements), IBM (6,3 %), Novell (6,1 %), Intel (6 %) et Oracle (3,1 %). Globalement nous retrouvons les principaux éditeurs de distributions Linux, les concepteurs et fabricants de matériel ainsi que les poids lourds de l’industrie. Notez que l’effort d’Intel s’est accentué assez récemment, après la sortie du processeur Atom et des ultraportables économiques.

Toutefois, tous les efforts consentis ne se valent pas. Avec 512 modifications proposées, les développeurs de Google, qui travaillent pourtant sur deux projets Linux majeurs (Android et Chrome OS), sont deux fois moins actifs que ceux de Fujitsu (1007 modifications) et à peine plus que ceux de Simtec, une petite compagnie composée de seulement deux associés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur