Pour gérer vos consentements :
Categories: Logiciels

Red Hat, premier contributeur entreprise de Gnome

Avec plus de 16% du total des contributions depuis 10 ans au projet Gnome, Red Hat se positionne comme la première entreprise à collaborer au développement de l’environnement de bureau open source. Un constat établi par une étude du cabinet néerlandais Neary Consulting et révélée à l’occasion du Guadec (GNOME Users’ And Developers’ European Conference) le 28 juillet.

Rappelons que Gnome équipe par défaut de nombreuses distributions Linux dont la Red Hat Enterprise Linux (RHEL) et le projet Fedora (parrainé par Red Hat) mais aussi Ubuntu et Debian. Savoir qui contribue à son développement, et avec quels moyens (financiers, capacités de services…) est toujours intéressant pour qui veut adopter le produit (notamment face au «concurrent» KDE).

Red Hat se positionne donc comme le premier contributeur «corporate» avec 16,30% des contributions (soit 70790 précisément) devant Novell (10,44%), Collabora (4,99%) et Intel (2,57%). Canonical, l’entreprise qui soutient le projet Ubuntu, n’a contribué qu’à hauteur de 1,03% aux développements de Gnome. Soit moins que Sun (aujourd’hui Oracle) avec 2%. Citons encore Mandriva (0,58%) et Mozilla Corporation (0,24%). A eux seuls, les deux poids lourds de l’open source Red Hat et Novell pèsent pour plus d’un quart du développement des 189 modules qui constituent Gnome 2.30. Notons également que neuf des vingt premiers contributeurs individuels sont des employés de Red Hat.

Certes, le taux de contribution des entreprises dépend notamment de leur taille et moyens. Mais comment expliquer l’absence d’IBM et d’Oracle du classement (par ailleurs gros contributeurs d’autres projets open source). Mais les premiers participants du projet restent les développeurs indépendants (23,45% des contributions) et inconnus ou non identifiés (16,94%).

Il est intéressant de noter que si 70% des contributeurs ne sont pas rémunérés, 70% des contributions au code proviennent de contributeurs payés, généralement salariés au sein d’une entreprise (comme Red Hat) qui investit donc dans le développement de projets open source qu’elles exploitent ensuite à travers une stratégie commerciale. « Ce constat s’explique par le fait que les participants payés contribuent plus que les participants non rémunérés, ce que leurs employeurs seront heureux d’apprendre! », se réjouit Red Hat.

L’entreprise de Raleigh compte bien poursuivre sa forte contribution à Gnome. « Red Hat joue un rôle important dans le développement de GNOME Shell, une partie importante de la prochaine version GNOME 3. » Version 3 dont la fondation du projet a repoussé la sortie à début 2011.

Recent Posts

5 chiffres du marché de l’emploi cadre dans l’informatique

Métiers, secteurs, volumes d'offres... Le point, à partir des données de l'Apec, sur quelques indicateurs…

2 jours ago

Serverless : comment Airbus a développé son app de tracking W@y Oversize

Airbus a mis en place Squid, une équipe spécialisée qui a créé un pipeline de…

2 jours ago

Open Web Search : vers un Google européen ?

En gestation depuis 2019, le projet Open Web Search se lance officiellement, à l'appui d'un…

3 jours ago

Java 19 : 7 améliorations pour les développeurs

Des modèles étendus d'enregistrement au portage sur Linux/RISC-V, Java 19 est pensé pour renforcer le…

3 jours ago

Adrien Vandeweeghe prend la direction de Trellix en France

Le nouveau directeur de Trellix a pour mission de développer commercialement la filiale française, dont…

3 jours ago

Mainframe : une initiative de modernisation à la Fondation Linux

L'Open Mainframe Project dédie un groupe de travail à la question de la modernisation. La…

3 jours ago