Pour gérer vos consentements :
Categories: Régulations

Règlement IA : le CEO d’OpenAI met en garde l’Europe

Lorsqu’il est question du cadre légal applicable à l’intelligence artificielle (IA), Sam Altman, « chief executive officer » (CEO) d’OpenAI, souffle le chaud et le froid.

Aux États-Unis, l’éditeur de ChatGPT plaide pour une régulation du secteur et recommande la création d’une agence internationale dédiée. En Europe, où Sam Altman poursuit sa tournée des lieux et des postes de pouvoir, le dirigeant force le ton, a relevé le Financial Times.

OpenAI cesserait ses opérations dans l’Union européenne, si l’entreprise ne peut se conformer au futur règlement européen sur l’intelligence artificielle. L’AI Act en devenir. « Nous allons essayer de nous y conformer. Toutefois, si nous ne le pouvons pas, nous cesserons d’opérer en Europe », a ainsi déclaré le CEO d’OpenAI, mercredi 24 mai, depuis Londres.

Une « sur-réglementation » pour OpenAI et la filière ?

Une IA générative comme ChatGPT ainsi que le modèle de traitement du langage GPT-4 pourraient être considérés « à haut risque » dans le cadre du règlement européen. Une telle disposition réduirait fortement la marge de manoeuvre de l’entreprise et son écosystème.

En l’état, a ajouté Sam Altman, « le projet d’AI Act de l’UE est une sur-réglementation, mais nous avons entendu dire qu’il allait être revu ». Les discussions se poursuivent.

Les membres du Parlement européen ont conclu un accord politique concernant la première ébauche du texte livré par la Commission européenne. Les discussions se poursuivent au sein des institutions de l’UE – Parlement, Conseil et Commission – pour finaliser le projet avant adoption. Prochaine étape : un vote des eurodéputés en séance plénière mi-juin.

Il y a beaucoup à faire, selon le CEO d’OpenAI. « Modifier la définition des systèmes d’IA à usage général », par exemple. L’intervention a été reçue fraîchement par les intéressés.

Le commissaire européen au marché intérieur lui-même n’a pas apprécié. « Il ne sert à rien de tenter de faire du chantage, en prétendant qu’en élaborant un cadre clair, l’Europe retarde le déploiement de l’IA générative », a déclaré Thierry Breton dans un tweet.

(crédit photo de une : TechCrunch on VisualHunt | CC BY 2.0)

Recent Posts

Les choix d’OpenAI pour GPT-4o mini

Un modèle GPT-4o mini rejoint le catalogue d'OpenAI. De la conception à l'évaluation, il a…

48 minutes ago

Le Réseau interministériel de l’État, sujet à dépendance

La Cour des comptes appelle à formaliser et à professionnaliser certains aspects du RIE, tout…

21 heures ago

Etalab en position de faiblesse au sein de la Dinum

La Cour des comptes attire l'attention sur le risque d'affaiblissement d'Etalab, privé, ces dernières années,…

23 heures ago

Une Dinum « balbutiante » sur l’open data et les logiciels libres

Missions historiques de la Dinum, l'ouverture des données publiques et la promotion des logiciels libres…

1 jour ago

Pour son premier LLM codeur ouvert, Mistral AI choisit une architecture alternative

Pour développer une version 7B de son modèle Codestral, Mistral AI n'a pas utilisé de…

2 jours ago

Microsoft x Inflection AI : l’autorité de la concurrence britannique lance son enquête

L’Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) britannique ouvre une enquête sur les conditions…

2 jours ago