Régulations numériques : les 4 axes prioritaires des états généraux

Réfléchir à la cohérence des initiatives existantes et poser les bases d’un cadre global de régulation des « géants du numérique » (autrement dit les GAFAM et consorts). Ce sont les principaux objectifs des « états généraux des nouvelles régulations numériques ».

Ils ont été lancés jeudi 26 juillet par Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au Numérique, et font suite à l’intervention en mai dernier d’Emmanuel Macron au salon Vivatech. Il s’agit de promouvoir un cadre qui soit « adapté et adaptable » pour la décennie à venir.

« La France veut réfléchir à des régulations intelligentes dans plusieurs domaines comme la fiscalité, le partage des données et le statut des travailleurs des plateformes ». Sans oublier « le rôle de l’économie collaborative, la modération des contenus en ligne ou encore le fonctionnement des régulateurs face à ces nouveaux enjeux », a déclaré Mounir Mahjoubi, cité dans un communiqué. Toutes les parties prenantes sont concernées.

Influencer le débat international sur 4 niveaux

Les groupes de travail sont donc formés de représentants de la société civile et d’acteurs publics. Les réflexions engagées portent sur quatre axes prioritaires :

1. économique (quelle régulation pour le numérique et ses plateformes ?) ;
2. social (l’économie collaborative et la protection de ses travailleurs) ;
3. sociétal (de la protection des données à la protection des personnes) ;
4. méthode (quels outils juridiques et techniques à disposition des régulateurs ?).

Les travaux issus de ces états généraux sont appelés à nourrir une réflexion internationale sur ces enjeux. « La France porte une vision à la fois performante et humaine [du numérique] que nous devons faire valoir auprès de nos partenaires européens et à l’international », a ajouté le secrétaire d’État. Un jeu d’influence déjà rodé.

« Bien sûr, il existe déjà des rapports sur différents sujets, des textes législatifs qui apportent des solutions pour répondre à l’urgence sur certains problèmes », a expliqué Mounir Mahjoubi dans un entretien accordé au Figaro. « Mais nous manquons d’un cadre global pour donner de l’unité à tout cela, pour exprimer une véritable vision à long terme ».

Il revient au Conseil national du numérique (CNNum) renouvelé d’animer ce chantier.

(crédit photo © shutterstock)

Recent Posts

Ce que révèlent les 9 tendances Tech du Gartner pour 2021

L'Internet des comportements, le maillage de la cybersécurité et l'ingénierie de l'IA figurent parmi les…

9 heures ago

Project APEX : Dell veut généraliser le modèle « as a service »

À travers l'initiative Project APEX, Dell entend accompagner la transition de ses offres vers le…

10 heures ago

Orange Cyberdefense : direction la Bourse ?

Orange étudierait une cotation pour son activité cybersécurité, dont les performances financières ressortent au sein…

13 heures ago

Windows 10 : que retenir de l’October 2020 Update ?

Windows 10 20H2 (October 2020 Update) vient de faire son entrée. Quoi de neuf côté…

15 heures ago

La fondation OpenStack devient Open Infrastructure Foundation

Huit ans après sa création, l'OpenStack Foundation devient l'Open Infrastructure Foundation. Un nouvelle identité qui…

1 jour ago

Salaires IT : quels seront les 10 métiers les mieux payés en 2021 ?

En France, les développeurs peuvent être "rémunérés à la hauteur de leurs attentes". Mais d'autres…

1 jour ago