Reportage : génèse d'un 'patch' chez Microsoft

Sécurité

Mieux qu’un documentaire animalier, les mises à jour de sécurité ont leur propre vie chez les experts de Windows. Mais comment viennent au monde les correctifs?

Redmond. – Lors d’une rencontre avec la presse européenne, ici au siège de Microsoft, des ingénieurs R&D ont évoqué le processus d ‘élaboration du système de sécurité “maison”. Plusieurs étapes sont nécessaires afin d’organiser la parade à une vulnérabilité.

Si la partie visible de l’iceberg reste les ‘patch Tuesdays’, force est de reconnaître que les équipes du MSRC (Microsoft Security Response Center) ont mis en place un système de réponse aux failles qui leur permet de répondre en 24 heures à une demande d’un particulier ou d’un professionnel.

Concernant les fameux ‘patchs‘, Mike Reavey, directeur de ce labo MSRC décrit ainsi les premières étapes du processus:

Tout commence par le rapport de vulnérabilité. Lorsqu’une faille nous parvient, la phase qui va mener à une solution peut alors commencer. Chacun peut envoyer et expliquer son problème à l’adresse secure@microsoft.com. L’e-mail peut être anonyme dans le sens où nous ne recherchons pas à connaître l’identité de l’expéditeur”.

Commence alors la phase de triage. Ici aussi, le responsable en explique les détails : “Faire le tri nous permet d’y voir plus clair dans la forêt de messages que nous recevons. Il est alors crucial de comprendre l’importance de la vulnérabilité ciblée afin de mieux la calibrer“.

Sa collègue, la sémillante Sarah Blankinship acquiesce. Elle continue la démonstration, en relatant les détails du processus :

La suite du process concerne la nécessité de trouver une réponse aux questions posées. En ce sens, nous travaillons en équipe afin d’établir la meilleure solution possible. On fait d’abord un test en interne pour savoir si les solutions fonctionnent. Ensuite on les applique et les envoie“. Il reste alors aux professionnels de Redmond à réaliser le contenu de sécurité – l’écriture de la solution.

Afin de mutualiser les efforts, les équipes ont mis en place le MAPP (Microsoft Active Protection Program). Un réseau de partenaires-membres avec lesquels les responsables de Redmond vont communiquer plus facilement afin d’établir un échange d’informations plus rapide.

Mike Reavey témoigne : “Les membres reçoivent nos informations un mois à l’avance. Cela leur permet de nous communiquer des informations, voire des parades bien utiles…

Même constat de Damian Hasse, responsable principal de la sécurité, à propos du cycle de patchs : “S‘il n’y a pas de temps moyen pour évaluer et éditer une solution qui aboutira à un patch, concernant le MS08-025 [vulnérabilité signalée confidentiellement dans le noyau Windows], le temps a été plutôt long. On a eu le ‘drapeau rouge’ le 26 octobre et le patch a été diffusé le 11 avril“.

Il conclut, “le délai peut être réduit selon si on a identifié correctement les risques“.

Un tel cycle promet de se perpétuer à l’avenir. Dan Kaminsky, l’expert au centre de la faille DNS a estimé que si le système n’était pas le meilleur, il restait, à l’heure actuelle le lus rapide…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur