Réseau : Facebook nargue Cisco et Juniper avec son switch Wedge

ComposantsDatacentersOpen SourceVirtualisation

A l’occasion d’une conférence, Facebook a dévoilé son propre commutateur. Baptisé Wedge, il s’inscrit dans le projet Open Compute promut par le réseau social.

Facebook veut révolutionner l’informatique, mais pas seulement. A l’occasion de la conférence GigaOM Infrastructure qui s’est déroulée aux Etats-Unis cette semaine, le réseau social est revenu sur un aspect un peu moins connu du projet Open Compute (OCP), la partie réseau. Pour rappel, ce projet vise à créer des solutions matérielles et logicielles Open Source adaptées aux exigences des datacenters des grands acteurs du web.

Un hardware modulaire

Si on connaissait les travaux et les premiers designs sur les serveurs, la brique réseau était plus discrète. Jay Parikh, vice-président de l’ingénierie infrastructure, a donc dévoilé un design de  commutateur du nom de Wedge qui fonctionne avec un OS basé sur Linux nommé FBOSS. Facebook a déjà testé au sein de ses datacenters des prototypes. Pour le dirigeant, l’objectif est clair, « supprimer les ingénieurs réseaux et faire fonctionner les commutateurs de manière aussi facile que les serveurs ». Fruit de cette réflexion, le design qui est présenté ci-dessous.

switch Facebook

On y notera l’aspect modulaire de l’ensemble des éléments. Il y a la carte réseau comprenant un ASIC capable de gérer 16 ports 40G et promet de gérer des débits allant jusqu’à 640 Git/s. Le commutateur embarque également un microserveur, issu de l’architecture « Group Hug » présente dans l’OCP qui permet d’intégrer des processeurs de type ARM, Intel ou AMD. Avec ce système de composants, Facebook peut remplacer à tout moment les différents modules par d’autres configurations.

Du logiciel pour optimiser et abstraire

Sur la partie logicielle, FBOSS s’apparente à de la virtualisation du réseau ou tout du moins à un certain degré d’automatisation de tâches réseaux. On peut ainsi lire sur un blog du réseau social, que l’OS a été construit « en bénéficiant des librairies et des services que nous utilisions déjà pour gérer les serveurs, provisionner, décommissionner, retailler, etc. ». Sur le plan de la programmation, les ingénieurs de Facebook ont ajouté une couche d’abstraction au niveau des API de l’ASIC qui permet de gérer Wedge comme un autre service du média social. Ce qui fait dire à Jay Parikh, qu’avec FBOSS, « les administrateurs d’infrastructures vont devenir des ingénieurs réseaux ». Avec cette couche de service, Facebook a réussi à améliorer de 90% l’usage des ressources réseaux en périphérie sans pertes de paquets. A suivre…

A lire aussi :


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur