Réseaux autonomes : l’UIT ouvre un groupe de réflexion

5GGestion des réseauxRéseaux

À l’heure de la 5G, l’Union internationale des télécommunications étudie plus avant les réseaux autonomes dotés de capacités d’auto-contrôle.

L’Union internationale des télécommunications (UIT) a lancé un groupe de réflexion sur les réseaux autonomes (ITU Focus Group on Autonomous Networks ou FG-AN, en anglais).

Configuration, fonctionnement, protection, mise à jour, reprise après incident… Les réseaux autonomes disposeront de capacités d’auto-contrôle, gestion et évaluation.

L’objectif initial du FG-AN est de fournir un cadre ouvert, propice à la collaboration entre communautés actives dans ce domaine : spécialistes de la normalisation, communautés open source, établissements universitaires, entreprises et autres acteurs, a fait savoir l’UIT.

Et ce pour mener une étude préalable à la normalisation et tirer parti de technologies tierces, le cas échéant. Le groupe de réflexion fournira, par ailleurs, des définitions de concepts, des lignes directrices et des outils relatifs à l’évolution de ces réseaux.

« Intelligence créative »

L’institution spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l’information et de la communication (TIC) part du constat suivant : la complexité des architectures réseau récentes conduit à l’émergence de réseaux autonomes à base d’intelligence artificielle.

Elle crée aussi les conditions nécessaires à l’intégration d’une « intelligence créative » dans les réseaux 5G et futurs. « Les techniques d’intelligence créative peuvent fournir une nouvelle couche d’abstraction, en instaurant un mécanisme d’évolution qui favorise l’autonomie », a déclaré Leon Wong (Rakuten Mobile), ingénieur et président du FG-AN.

L’UIT a précisé : « la complexité toujours plus grande des réseaux ouvre la voie à de nouvelles expériences de communication hautement interactives et à des innovations dans des domaines tels que la santé numérique et les systèmes de transport intelligents. Les réseaux IMT-2020/5G et les futurs réseaux seront polyvalents et souples, capables de répondre aux exigences d’un ensemble très diversifié d’applications dans les TIC ».

Cette capacité d’adaptation est rendue possible par les avancées majeures dans les domaines du cloud computing et de la virtualisation réseau.

La première réunion virtuelle du FG-AN est prévue du 2 au 4 février 2021.

(crédit photo © Shutterstock)

Lire aussi :

Avis d'experts de l'IT