Résulats Iliad 2011 : Free content de sa (Freebox) Révolution

Régulations

Recrutements records malgré les pertes d’Alice, chiffre d’affaires en hausse, poursuite des investissements… Tout irait bien sous le soleil d’Iliad si la polémique sur son offre mobile n’enflait pas.

« Succès commercial de l’activité mobile début 2012. » À l’occasion des résultats annuels d’Iliad, on espérait plus de détails sur les premières retombées de Free Mobile. Mais le groupe de Xavier Niel n’en dira pas plus. Il faudra probablement attendre le bilan du premier trimestre 2012 qui devrait être présenté en mai prochain.

Iliad a préféré concentrer ses annonces sur le succès de la Freebox Révolution, lancée début 2011. Sur l’ensemble de l’année, Free a recruté 492 000 nouveaux abonnés, dont 85 000 issus de l’offre Alice (dans le giron du groupe depuis l’acquisition de Telecom Italia en août 2008). Il est néanmoins intéressant de constater que sur les 177 000 résiliations Alice, 92 000 n’ont pas migré (du moins pas directement) vers Free.

35 % des recrutements

Au total, Iliad revendique 4,849 millions d’abonnés (dont 4,46 millions pour Free). Soit 35 % de part revendiquée des 1,147 million de recrutements ADSL sur 2011 estimés par l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). À noter que le régulateur évoque plus largement 1,4 million de nouveaux abonnés Internet. En concentrant la comparaison sur l’offre ADSL, Free gonfle ainsi son taux de recrutement. Dommage, par ailleurs, que l’entreprise n’indique pas le nombre de ses abonnés FTTH (fibre optique à domicile).

Côté résultats financiers, Iliad affiche un chiffre d’affaires en hausse de 4,1 % pour s’établir à 2,122 milliards d’euros (+4 % sur l’année et +6 % sur le seul quatrième trimestre 2011). Le résultat opérationnel courant progresse de 4 % à 498 millions d’euros au 31 décembre 2011 (478 millions d’euros à fin 2010), rapporte ITespresso.fr. La marge EBITDA « record » bénéficie d’une légère hausse par rapport à 2010 : 39,3 % contre 39,2 %.

En revanche, le résultat net consolidé a été nettement affecté : –20 % (à 252 millions d’euros). Mais le groupe se montre toujours aussi fier de son niveau d’endettement net faible (969,4 millions d’euros), présenté comme une performance dans l’univers des télécoms en Europe. « En 2011, le groupe a réussi à maintenir un fort niveau de rentabilité, ceci malgré l’effet dilutif des consommations mobiles et vers l’Algérie intégrées dans l’offre Freebox Révolution, le changement de taux de TVA et les pertes liées à l’activité mobile », résume la direction du groupe Iliad dans son communiqué.

1000 antennes mobiles activées

Les investissements multi-réseaux se poursuivent mais ils ont été modulés en fonction des priorités : ADSL (570 millions d’euros, +75 %), fibre (156 millions d’euros, -19,1 % alors que le cadre réglementaire du très haut débit a été fixé courant 2011), et mobile (417 millions d’euros, +60 %).

Si Iliad ne s’est pas épanché sur les premiers résultats de son offre mobile, le groupe a néanmoins fourni quelques données sur le déploiement de son réseau, peut-être dans l’espoir d’apaiser la polémique qui entoure l’exploitation de son infrastructure (et qui tend désormais à déborder sur les méthodes de l’Arcep). On apprend ainsi que le nouvel opérateur mobile a activé, à ce jour, 1000 sites (antennes) environ et devrait en compter 2500 à la fin de l’année. « À ce jour, Free Mobile a confié à ses prestataires et à TDF la recherche et la construction de plus de 6000 sites équivalents à la couverture de plus de 75 % de la population », indique le groupe. Un taux que Free Mobile s’engage à élargir à 90 % de la population pour 2018.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur