Résultats : NSN augmente sa marge au deuxième trimestre

Réseaux
NSN logo

Malgré un chiffre d’affaires en recul, NSN a augmenté ses revenus opérationnels au deuxième trimestre. Un bon point pour Nokia, son nouveau propriétaire.

NSN (désormais renommé Nokia Solutions and Networks et qui s’offre un nouveau logo après la validation, hier, de l’acquisition intégrale de son capital par Nokia), a vu son chiffre d’affaires reculer de 14,7% au deuxième trimestre à 2,76 milliards d’euros d’une année sur l’autre. Un recul qui s’explique par la différence de revenus conséquente de l’abandon de certaines activités au profit de l’offre haut débit mobile, fer de lance de la nouvelle stratégie mise en œuvre fin 2011.

Mais aussi par le recul des ventes de solutions GSM, voix et IP néanmoins partiellement compensées par celles du LTE 4G. Particulièrement aux Etats-Unis où la zone bénéficie d’une progression de 22,1% de son résultat à 343 millions d’euros. De leur côté, les marchés Europe et Amérique latine (1,12 milliard) et Asie et Moyen-Orient-Afrique (1,29 milliard) reculent respectivement de 15,2% et 20,6%.

Hausse de la marge

Séquentiellement, le résultat global a en revanche augmenté de 1,5%. Mais surtout, à 38,4%, l’équipementier a vu sa marge opérationnelle progresser de 12,2%, hors charges de restructuration. Du coup, le profit opérationnel s’élève à 337 millions d’euros contre 28 millions en 2012. Et 136 millions avec les coûts de restructuration contre une perte de 225 millions un an plus tôt.

Sur le trimestre, NSN dégage un flux de trésorerie de 5 millions d’euros. En net recul par rapport aux 121 millions générés un an plus tôt et que l’entreprise explique par la sortie de capital de 239 millions dont 190 liés aux coûts de restructuration. Ce qui lui confère un trésor de guerre de 1,44 milliard d’euro, légèrement inférieur au 1,48 milliard du premier trimestre mais largement au-dessus des 383 millions du deuxième trimestre 2012.

Consolider ses positions LTE

Rajeev Suri, le CEO de NSN, se réjouit de ces résultats. « Notre quatrième trimestre consécutif de forte rentabilité témoigne de l’excellence de nos performances sur l’offre haut débit mobile et sur le segment des services. En regard de notre stratégie [de recentrer l’entreprise sur l’activité mobile, NDLR] et de notre solide position financière, nous pensons que NSN est très bien placée pour consolider sa position de leader dans le LTE alors que nos clients construisent la prochaine génération de réseaux mobiles à très haut débit. » NSN a signé plus de 80 contrats LTE dans le monde et, selon le cabinet Dell’Oro, détient 20% du marché mondial de la 4G.

Si les résultats devraient réjouir les financiers et sa maison mère Nokia, le ciel risque de s’assombrir pour les salariés de NSN. Selon Bloomberg, l’équipementier envisagerait de réduire de 17% sa masse salariale pour ramener à 42 000 le nombre d’employés dans le monde. Un mouvement qui reste à confirmer par Nokia, désormais, et qui pourrait être lié à la vente des sites de production évoquée début juillet. Cette vague de licenciement s’ajouterait à celle initiée fin 2011 qui visait à ramener d’un tiers la masse salariale dans le but de dégager des économies supérieures à 1,5 milliard d’euros d’ici fin 2013.


Voir aussi

Quiz Silicon.fr – Le vocabulaire des télécoms


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur