Révolution ARM : une carte mère à 45 dollars

ComposantsOS mobiles
Révolution ARM : une carte mère à 45 dollars

Une carte mère ARM qui s’installe dans un châssis de PC classique. Certains en rêvaient, VIA Technologies l’a fait. Dommage toutefois que son offre manque de souffle.

L’architecture processeur ARM a d’ores et déjà fait quelques incartades dans le monde desktop. Toutefois, les constructeurs ont systématiquement évité l’affrontement direct avec les PC Windows en adoptant des OS mobiles, comme Android, ou en utilisant des formats particuliers.

Jusqu’à maintenant. En effet, VIA Technologies lance aujourd’hui l’APC – « Android PC System » – qui adopte un format compatible avec les boitiers de PC classiques. Une concurrence quasi frontale avec les cartes mères x86 actuelles.

L’argument-choc de la firme est un prix de 49 dollars HT, soit un peu plus de 46 euros TTC. C’est près de 30 % de moins que le tarif d’une carte mère et d’un processeur x86 d’entrée de gamme.

Une attaque un peu timide…

Dommage que la firme n’ait pas voulu se montrer plus agressive. L’APC s’architecture en effet autour d’un composant monocœur tout-en-un, le Wondermedia Prizm WM8750, cadencé à 800 MHz. Nous aurions préféré le tout nouveau WM8950, pourvu d’un cœur plus performant, un Cortex-A9 à 800 MHz.

Même faiblesse côté mémoire, avec seulement 512 Mo de mémoire vive et 2 Go de flash. Si cela est suffisant pour Android, disposer du double aurait permis de faire fonctionner confortablement une offre Linux desktop.

Enfin, que dire de l’absence de port Sata. La plus grosse limite de cette carte mère.

… malgré certaines qualités

Le tableau n’est toutefois pas complètement noir. La connectique est ainsi complète : entrée sortie audio, sorties VGA et HDMI, un lecteur microSD, un connecteur Ethernet à 10/100 Mb/s et quatre ports USB 2.0.

Le tout est fourni avec une alimentation de 15 W, ce qui sera amplement suffisant. L’APC consomme en effet 4 W au repos, pour 13,5 W à pleine charge.

Enfin, le format de la carte est intéressant. C’est du Neo-ITX (17 x 8,5 cm), compatible avec les boîtiers Mini-ITX et microATX. L’APC pourra donc tout à fait prendre place dans un châssis classique de PC.

Pour des usages bien précis

Avec cette carte mère, VIA Technologies propose une offre Android convaincante, qui plaira aussi bien aux développeurs qu’à ceux travaillant sur des projets embarqués, un secteur où cet OS gagne en popularité.

Ceux qui espèrent installer un OS desktop classique sur cette carte (par exemple Ubuntu) risquent toutefois d’être déçus. L’APC reste un peu juste pour de tels usages. Ce produit a toutefois le mérite de tracer la voie à de futures offres… plus performantes.

Crédit photo : © VIA Technologies


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur