Pour gérer vos consentements :

RHEV 3.0 : la virtualisation de Red Hat s’affiche en alternative aux offres de VMware

Red Hat présente aujourd’hui la troisième génération de sa plate-forme de virtualisation, Red Hat Enterprise Virtualization 3.0 (RHEV 3.0). Cette dernière se veut plus que jamais une alternative ‘ouverte’ et abordable aux offres de VMware.

« RHEV 3.0 est une illustration parfaite des possibilités qu’offre le modèle de développement open source. Pour les entreprises du monde entier, c’est une alternative stratégique avantageuse aux solutions propriétaires, explique Paul Cormier, vice-président exécutif et président de la division produits et technologies de Red Hat (notre photo). Toutes les sociétés qui cherchent une alternative à VMware seront comblées par les performances et l’évolutivité exceptionnelles de cette version 3.0, sans oublier son indéniable rentabilité financière. »

Paul cormier est revenu sur l’histoire de ce produit : il rappelle que KVM a été intégré à la RHEL 5 dès 2007. En 2008, cette technologie est passée dans le giron de Red Hat, lors du rachat de Qumranet. Fin 2009, la première mouture de RHEV, basée sur KVM, est apparue.

Une offre modernisée

Navin Thadani, directeur senior du marché de la virtualisation chez Red Hat, nous a présenté les nouveautés intégrées à RHEV 3.0. Cette solution est basée sur la Red Hat Enterprise Linux 6.2 (RHEL 6.2). Un véritable changement de génération, qui se traduit par plus de 1000 modifications (améliorations ou nouveautés). Nous trouvons en premier lieu d’importants gains en termes de performances et de capacité à monter en charge. Des progrès dans le secteur de la VDI (Virtual Desktop Infrastructure) sont également constatés.

RHEV Manager (RHEV-M) a pour sa part été totalement refondu. Écrit en Java, sur une base JBoss, il est dorénavant compatible avec la RHEL (et non plus seulement avec les environnements Windows). Un grand pas en avant.

Un nouveau module d’administration

Une API RESTful est de la partie, tout comme un portail utilisateur, une gestion fine des droits d’accès, des rapports et même des modules d’administration web et en ligne de commande.

Bon point, une boutique est dédiée à RHEV-M. Elle permet d’accéder à des services et applications certifiés, qui viendront en complément de RHEV : solutions d’administration, de reprise d’activité, etc. Grâce à cette initiative, Red Hat pourra s’appuyer sur un vaste écosystème de partenaires pour imposer sa solution sur le marché. Une approche intéressante.

Crédit photo : © Silicon.fr

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

1 semaine ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

2 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

2 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

2 semaines ago