Rhône-Alpes : Yves Bismuth veut donner plus de visibilité à  l’ADIRA

DSI

L’ADIRA (Association pour le développement de l’informatique en Rhône-Alpes) fête ses 45 ans d’existence cette année et vient d’élire un nouveau Président, Yves Bismuth. Après avoir féminisé la fonction lors de la mandature précédente, l’association poursuit son ouverture en mettant à  sa tête un avocat inscrit au barreau de Lyon, enseignant à  Paris 12 et

L’ADIRA (Association pour le développement de l’informatique en Rhône-Alpes) fête ses 45 ans d’existence cette année et vient d’élire un nouveau Président, Yves Bismuth. Après avoir féminisé la fonction lors de la mandature précédente, l’association poursuit son ouverture en mettant à  sa tête un avocat inscrit au barreau de Lyon, enseignant à  Paris 12 et l’IEP de Grenoble. Le choix pourrait surprendre, mais Yves Bismuth balaye les interrogations. « Je suis adhérent à  l’ADIRA depuis 35 ans et j’ai siégé au conseil d’administration de l’association. En suivant l’informatique depuis 1975, j’ai autant de légitimité à  assurer la présidence qu’un DSI. » Il rappelle en outre que le développement de l’informatique a toujours été générateur de problèmes juridiques.

Cependant, Yves Bismuth ne veut pas cantonner l’association au seul prisme juridique. Il se fixe trois objectifs lors de sa mandature de trois ans. «  Le premier est d’être utile aux membres de l’ADIRA, c’est-à -dire que les gens viennent pour dialoguer, échanger, construire, apprendre sur les grands sujets IT. Aujourd’hui, nous avons des commissions qui font de l’excellent travail sur des sujets comme le Big Data ou l’agilité   ». Il souhaite donc maintenir et renforcer ces travaux de commissions.

L’ADIRA plus visible et plus prospective

Autre axe de développement la communication, « l‘ADIRA doit être plus visible auprès des pouvoirs publics et des instances économiques de la région   », explique Yves Bismuth en soulignant que l’association regroupe 550 entreprises et 30  000 emplois dans la région. «  Cette visibilité passe aussi par des actions auprès des écoles y compris dès le primaire pour aborder les questions du numérique. Sur l’enseignement supérieur, nous envisageons la création d’un prix de l’ADIRA sur l’innovation pour des jeunes chercheurs. » Par ailleurs, l’ADIRA veut se tourner vers l’extérieur. En France d’abord avec une présence ou des partenariats dans d’autres villes et à  l’international ensuite avec la francophonie.

Enfin, le dernier objectif du Président est orienté vers la prospective. « Le monde de l’IT nous oblige à  fédérer les réflexions sur des sujets autres ou en périphérie des DSI. On parle beaucoup des relations  entre responsables IT avec les métiers ou du rôle de la DSI comme fournisseur d’énergie informatique. Mais il y a également des interrogations sur l’innovation en matière d’e-santé, de robotique, etc. » Il salue au passage le travail de la déléguée générale de l’association Mary-José Silvain qui a initié ces réflexions mêlant techniques et philosophie. Ces sujets passionnent l’homme de droit au point de prendre la tête de la commission Observatoire et Prospectives. «  Je souhaite que l’ADIRA s’interroge au cours des trois prochaines années sur les 15 ans à  venir en matière d’innovation. » C’est également «  un moyen de faire venir des jeunes au sein de l’association et des start-ups pour qu’ils puissent nous transmettre leurs expériences, leurs attentes et leurs dynamismes. Ils peuvent aussi bénéficier en retour du réseau de l’association ». Car, Yves Bismuth est un optimiste et, malgré la crise, il loue le dynamisme de l’activité IT dans la région Rhône-Alpes, berceau de plusieurs grandes sociétés informatiques rappelle-t-il.


Voir aussi
Silicon.fr étend son site dédié à  l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Auteur : admin
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur