Roxio veut refaire vivre Napster avec PressPlay

Régulations

L’éditeur alimentera son service musical en ligne avec les contenus de la plateforme de Sony et d’Universal

L’éditeur de logiciels destinés à graver des CD n’avait jamais caché ses ambitions en rachetant les actifs du défunt Napster fin 2002. En faire un site de téléchargement légal à succès en profitant de l’image très populaire de Napster auprès des internautes.

Mais jusqu’ici, Roxio n’avait signé aucun accord avec de grandes maisons de disques. C’est aujourd’hui chose faite puisque l’éditeur rachète le service d’abonnement musical en ligne Pressplay. Paradoxe Pressplay est une coentreprise entre la division Sony Music Entertainment de Sony et Universal Music Group, la filiale de Vivendi Universal. Mais depuis son lancement, le service n’a pas rencontré le succès escompté. Contraignant, cher: il ne fait pas le poids face aux sites gratuits de ‘peer-to-peer’, ni même face à iTune d’Apple. L’accord, finalisé, prévoit un prix de 39,5 millions de dollars en titres et en numérairese. Il se traduirait également par une prise de participation d’un montant non précisé d’Universal et de Sony dans Roxio. Ce qui reviendrait à dire que les deux Majors sont actionnaires de Napster. Une situation d’autant plus paradoxale que Universal Music vient de porter plainte contre Bertelsmann: il lui reproche d’avoir soutenu Napster avant son rachat par Roxio!


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur