Royaume-Uni : le stockage de données explose

Réseaux

S’il faut en croire les chiffres dernièrement communiqués par InTechnology, la moyenne de la volumétrie des SSP (Storage Service Provider) a quadruplé entre 2003 et 2005

Ainsi, chez InTechnology (un acteur représentatif du secteur), elle est passée de 28 à 117 Teraoctets en deux ans. La croissance des demandes pour une plus forte capacité d’hébergement des données est régulière d’un mois sur l’autre, le delta moyen d’un an sur l’autre se situant aux alentours de 5 Teraoctets.

Principaux responsables de cette croissance ininterrompue : la mise en conformité réglementaire (bon nombre d’entreprises britanniques travaillant avec des sociétés américaines et devant ainsi elles aussi se mettre en règle pour passer sous les fourches caudines de Sarbanes-Oxley, ce qui induit une surcapacité en termes de données) ainsi que désormais la sauvegarde de fichiers vocaux du fait de la ToIP. En France, selon une étude Eurostaf, les SSP après un insuccès notoire redressent la tête et connaissent enfin la rançon de leur ténacité (quoique ce secteur ait connu une très forte consolidation ces deux dernières années, près des deux tiers des acteurs ayant disparu ou ayant été rachetés). Toutefois, le taux de croissance de la capacité de ces acteurs est loin derrière celle de leurs voisins d’Outre-Manche et ne dépasse pas les 250 % l’an. Comme quoi, la vieille règle qui veut que la France ait en moyenne deux ans de retard sur la Grande-Bretagne se vérifie une fois de plus!


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur