RSA : la sécurisation des réseaux Wi-Fi pros parisiens s’améliore. Mais…

Régulations

Ils sont encore 18% à être ouverts aux quatre vents, selon le dernier rapport
annuel du spécialiste de la sécurité

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Comme chaque année, RSA Security livre son rapport sur la sécurisation des réseaux Wi-Fi professionnels dans les grandes villes de la planète. Résultat : si la situation s’améliore, notamment à Paris, il reste encore des progrès à faire.

Car on le sait, le protocole Wi-Fi ne présente pas une sécurité maximum. Et la problématique devient critique dans le cadre professionnel. Même avec l’utilisation du réseau sans fil interne à l’entreprise: le signal passe à travers les murs. Le risque est connu: risque d’intrusion ou de vols de données par des pirates extérieurs adeptes du drive-hacking.

L’édition 2007 de ce rapport reprend une méthodologie bien éprouvée. Elle consiste à parcourir les principaux quartiers de chaque ville (Paris, New York, Londres) afin de détecter les réseaux sans fil et d’en évaluer la perméabilité aux intrusions extérieures.

A Paris, RSA indique que 20% des réseaux sans-fil ne sont pas sécurisés. Un taux qui reste important mais les progrès sont là : il atteignait 22% en 2006 et 32% en 2004. En excluant les hotspots publics (11% du parc), le taux de non sécurisation tombe à 18%.

L’amélioration est d’autant plus notable dans un contexte où le nombre de réseaux (+44%) et d’utilisateurs explose.

Paris fait mieux que New York. Dans la ville américaine, RSA affirme que 24% des réseaux ne sont pas sécurisés contre 25% il y a un an. Mais c’est Londres qui affiche la meilleure amélioration avec un taux de non sécurisation qui passe de 26% en 2006 à 19% en 2007.

La sécurisation des réseaux sans-fil est essentiellement due à l’utilisation du protocole WEP. Mais si cet outil est désormais fourni en standard avec les équipements, ce n’est pas pour cela qu’il est activé. Une aubaine pour les pirates !

RSA observe ainsi qu’à Londres, 30% des points d’accès sont configurés par défaut, c’est à dire que le WEP n’a pas été activé. Ce taux n’était que de 22% l’année dernière. « Un inquiétant retour en arrière », s’alarme RSA. Paris fait beaucoup mieux puisque seulement 13% des points d’accès sont configurés par défaut. New York est entre les deux avec 24%.

Dans le même temps, le cryptage avancé (802.11i et Wi-Fi Protected Access -WPA) progresse. A Paris, 41% des réseaux professionnels utilisent ces technologies. La capitale française est néanmoins en retard face à Londres (48%) et New York (49%).

Enfin, RSA observe une véritable explosion du nombre de hotspots publics dans les trois villes étudiées. L’année passée, 364 points d’accès de ce type avaient été détectés à Londres ; un chiffre en progression de 27 % en 2007 (461). A New York, la croissance annuelle s’établit à 17 % (soit 15 % de tous les points d’accès sans fil ; de loin le taux le plus important pour les trois villes étudiées). Paris a connu une croissance de 37 % (11 % de tous les points d’accès).

Le rapport de RSA

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.