Pour gérer vos consentements :
Categories: BusinessEmploi

Russie : à qui profite l’exode de talents IT ?

Entre 50 000 et 70 000 professionnels des technologies de l’information auraient quitté la Russie ces dernières semaines, relève l’Association russe pour les communications électroniques (Russian Association for Electronic Communications, RAEC).

« De nombreux spécialistes ont été confrontés à un choix : quitter le pays et avoir la possibilité de travailler avec leur infrastructure habituelle, ou rester en Russie », a expliqué Sergey Plugotarenko, directeur de la RAEC, dans une note datée du 21 mars.

En plein conflit Russie-Ukraine, cette « première vague » de départs de spécialistes informatiques russes serait suivie d’une seconde vague plus étendue encore. Ainsi, 70 000 à 100 000 d’entre eux quitteraient le pays en avril 2022. C’est en tout cas ce que prévoit l’organisation créée en 2006 à Moscou pour promouvoir la société russe de l’information.

Exode des cerveaux dans les technologies

La RAEC explique ces départs de la Russie vers d’autres territoires par deux motifs :

– les « sanctions sans précédent » prises de part et d’autre de l’Atlantique depuis le déclenchement, le 24 février dernier, de l’offensive militaire russe contre l’Ukraine.

– les suspensions ou les ruptures d’activités commerciales en Russie d’entreprises et de plateformes occidentales pour lesquelles certains de ces profils travaillaient.

D’après l’organisation russe, « la Turquie, les Emirats arabes unis, l’Arménie, la Géorgie, l’Asie du Sud-Est et les pays baltes » sont les destinations les plus demandées des candidats au départ. D’autres parmi eux, en particulier les travailleurs indépendants de l’IT, peuvent aussi constituer un vivier de talents pour de grandes entreprises et de jeunes pousses technologiques européennes, « aux Pays-Bas, en Espagne et en Allemagne », notamment.

Selon une autre communication de la RAEC, ces enjeux ont été discutés par le comité de la politique de l’information de la Douma, la chambre basse du parlement russe. Le soutien aux organisations et la rétention de talents auraient été abordés.

De nouvelles incitations et exonérations fiscales pour les entreprises technologiques russes auraient ainsi été promues. Il aurait également été question d’initiatives visant à créer des versions locales de technologies importées que les Russes ne peuvent plus acheter.

En Ukraine, l’industrie IT tente également de faire face au choc du conflit.

(crédit photo © Shutterstock)

Recent Posts

La Suite Numérique : les errements d’un projet d’État

La Cour des comptes pointe les résultats insuffisants de La Suite Numérique (ex-SNAP) et évoque…

2 jours ago

Apple Pay : l’UE valide l’ouverture à la concurrence sur les iPhone

La Commission européenne approuve la proposition d’Apple permettant à des concurrents de proposer des solutions…

2 jours ago

Que d’eau ! Les engagements d’AWS pour en économiser

AWS entend devenir « water-positive » pour 2030. Que recouvre cet objectif ?

3 jours ago

PC : le marché renoue avec la croissance au deuxième trimestre

Après sept trimestres consécutifs de baisse, le marché mondial des PC traditionnels affiche un rebond…

3 jours ago

Le CISPE et Microsoft trouvent un accord : et maintenant ?

Le CISPE s'est engagé à retirer sa plainte contre Microsoft. Quelle monnaie d'échange le groupe…

3 jours ago

Silo AI, une nouvelle prise pour AMD dans le vivier européen de l’IA

Après avoir acquis Mipsology en France, AMD s'empare de Silo AI, tête de pont de…

3 jours ago