Le salaire IT dans la Silicon Valley atteint des sommets

Régulations
silicon-valley

Les salaires des métiers high-tech de la Silicon Valley sont les plus élevés du marché, mais la croissance des rémunérations est plus forte à San Francisco (19% de hausse à 156 500 dollars par an) et New York (+11% à 125 555 dollars par an).

Il fait bon vivre dans la Silicon Valley et ses environs pour les métiers IT. À San Francisco, la rémunération annuelle moyenne d’un travailleur du secteur – salaire, stock options et avantages inclus – a atteint plus de 156 500 dollars en 2013, soit une hausse de 19% par rapport à l’année précédente, selon les données du Bureau des statistiques du travail américain (Bureau of Labor Statistics) agrégées par JLL, société de conseil en immobilier d’entreprise.

San Francisco devant New York City

Devant Manhattan et Brooklyn à New York (+11,3% à 125 555 dollars), la ville californienne de San Francisco a enregistré la plus forte croissance des rémunérations IT des 34 régions américaines étudiées. Mais c’est le milieu de la péninsule, le comté de San Mateo, qui a affiché la rémunération IT annuelle moyenne la plus élevée l’an dernier à près de 291 500 dollars. Bien que ce chiffre soit en recul de 5% par rapport à 2013, il dépasse d’environ 100 000 dollars celui enregistré au coeur de la Silicon Valley, dans le comté de Santa Clara (+8% à 196 000 dollars).

Plus fort que la finance ?

Un environnement très concurrentiel et la guerre des talents soutiennent la hausse des rémunérations IT aux États-Unis. Depuis 2009, année des coupes claires dans le secteur financier, la rémunération moyenne de la high-tech dépasse nettement celle enregistrée dans les services professionnels. Et le fossé se creuse. À San Francisco, le pack salarial annuel moyen est supérieur de 23 900 dollars dans l’IT à celui des services de bureau classiques. Ce montant ne dépassait pas 2 100 dollars lors de la bulle Internet des années 1995 à 2000.


Lire aussi

Larry Page, CEO de Google, fait l’éloge du temps partiel

Le Big Data et l’analytique recrutent aux États-Unis comme en France


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur