Pour gérer vos consentements :
Categories: Logiciels

Salesforce monte en gamme dans les wearables technologies

Salesforce croit dans le développement des objets et des accessoires connectés en entreprise et elle se doit « de créer un écosystème développeurs pour le lien entre les wearable technologies et l’entreprise », souligne Guillaume Roques, directeur de la relation développeurs EMEA. Dans un premier temps, le spécialiste du SaaS a mis en place une plateforme de développement d’apps sur Salesforce 1. Elle intègre le Wear Developer Pack qui comprend des applications de référence, du code Open Source et de la documentation.

Il y a encore quelques semaines, seuls 6 produits étaient listés par Salesforce : les Google Glass, Wear d’Android, les montres connectées Peeble, Gear de Samsung  et les bracelets connectés Myo et Nymi de Bionym. Aujourd’hui, la société annonce des partenariats supplémentaires pour atteindre 15 périphériques pris en compte (Epson, Jawbone, Meta, Oculus et Vuzix).

Un catalogue applicatif qui évolue

Au-delà de cette liste de partenaires qui s’étoffe, c’est bien la plateforme App Exchange qui est au centre des débats. « Il existe autant d’applications que de scénarios et de produits », constate Guillaume Roques. Le responsable évoque notamment une application, par exemple pour améliorer la productivité des forces commerciales. « Certes les tailles d’écran ne permettront jamais d’avoir le même confort d’affichage qu’un smartphone, il peut émettre des alertes ou indiquer à un commerciale que le dossier client existe, quand il a été modifié et où il peut le trouver ». Il poursuit avec un exemple dans la santé avec une application dédiée au malade d’Alzheimer et des lunettes connectées. L’application pourra donner des indications au patient pour envoyer des informations et se souvenir de personnes proches.

Reste que les wearables technologies n’avanceront pas à la même vitesse. « Certains seront en croissance plus fortes, déjà pour une question de prix entre des Google Glass et des bracelets ou des montres connectés. » Il balaye aussi l’idée d’une substitution avec les smartphones. « Les deux seront complémentaires. » Aucun détail par contre n’est fourni sur le nombre de développeurs qui travaillent uniquement sur les applications dédiées aux wearables technologies. La firme comprend une communauté de 1,7 million de développeurs. Il faudra attendre l’évènement Dreamforce 2014 à San Francisco pour en savoir un peu plus sur la stratégie de développement des applications sur ces produits.

A lire aussi :

Pourquoi et comment les « Wearable Technologies » impacteront le quotidien de l’entreprise (Tribune)

Les transistors « 2D », la future voie du wearable computing et du mobile

Recent Posts

Ces 15 certifications IT qui rapportent

Les certifications cloud et cybersécurité sont celles pour lesquelles les recruteurs sont prêts à payer…

1 heure ago

Guardia Cybersecurity School prépare sa rentrée avec CGI

Guardia CS, nouvel acteur sur le marché de la formation cyber post-bac en France, ajoute…

6 heures ago

Apple répond à l’épisode Pegasus avec un « mode isolement »

Apple intègre à la bêta d'iOS un « mode isolement » optionnel qui restreint les…

7 heures ago

IBM acquiert Databand.ai : de la data quality à l’observabilité des données ?

Data quality ou « observabilité des données » ? IBM préfère le second terme pour…

9 heures ago

Cybersécurité : la Cnil met les collectivités face à leurs responsabilités

La Cnil adresse une forme de rappel à l'ordre aux collectivités territoriales en matière de…

11 heures ago

Bug Bounty : le Pentagone s’offre (encore) les services de hackers

Six ans après son premier bug bounty, le Département de la défense des Etats-Unis lance…

1 jour ago