Salon Cartes & ID: la bonne santé de la carte à puce…

Sécurité

L’affluence à l’ouverture du Salon Cartes & IDentification confirme le dynamisme du secteur, en particulier du côté de la banque… Cf. une étude Eurosmart

En 2009, c’est inconstestable: face à la crise généralisée, l’industrie de la carte à puce (smart cards) a affiché une résistance étonnante. Elle a continué d’enregistré une croissance forte, qui, s’agissant des cartes à microprocesseur haut de gamme, se poursuivra en 2010 à un taux de +10%. La bonne santé du secteur bancaire y est pour quelque chose. Mais également les initiatives en matière de e-gouvernement (cf. la carte vitale en France)/

Une étude présentée par Marc Bertin, président d’Eurosmart, qui a été rendue publique ce 17 novembre à l’occasion du Salon Cartes & IDentification (à Villepinte) montre que les investissements dans les nouvelles technologies (ICT, Information and Communication Technologies) ont continué de progresser malgré le recul des indices macro-économiques.

Notre industrie a montré que son rôle visant à rendre la vie numérique des citoyens plus sécurisée et plus commode est plus que jamais pertinent sur des marchés stratégiques tels que les télécoms, le télé-paiement, le e-gouvernement, l’informatique professionnelle et le transport“.

Le ‘focus’ sur la sécurité reste une priorité essentielle pour tous les acteurs: 4,4 milliards de dispositifs de sécurité avec carte à puce (cartes ou autres) ont été livrés en 2009, soit une croissance en volume de +5,1% par rapport à 2008, et nous anticipons que ce chiffre va encore croître en 2010 pour atteindre +9,9% et dépasser les 4,8 milliards d’unités“.

Les rendez-vous du jour:NFC, cartes pré-payées et paiement via mobile s

Cette deuxième journée du Salon Cartes & IDentification (Parc des Expositions de Paris-Nord Villepinte) est placée, entre autres thèmes-clés, sous le signe du “sans-contact” (ou NFC), du pré-paiement et du paiement via les terminaux mobiles. Ce sont là les principaux temps forts du Congrès, comme l’explique son responsable, Arnaud Roy. “Toutes ces thématiques, sans oublier le M2M (machine-to-machine) s’inscrivent dans une dynamique de globalisation qui profite à des acteurs clés comme Ingenico, Gemalto…”. Leurs dirigeants interviennent aujourd’hui et viennent témoigner de la bonne santé du secteur, attestée par l’étude d’Eurosmart”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur