Salon CeBIT : du laser au big-memory… en passant par les tablettes

Big DataRégulationsTablettes
Salon CeBIT 2012, Hanovre

À la veille de l’ouverture du Salon CeBIT, les premières annonces pleuvent : projecteurs laser, tablettes submersibles, big data dans le cloud… Le spectre est très large vu la présence de plus de 4000 exposants.

De notre envoyé spécial à Hanovre – Le CeBIT ne renie pas son originalité. Certes, pour cette édition 2012, le nombre de journées professionnelles n’est plus que de quatre (contre six, voire huit jours jadis…), mais le gigantisme est toujours là. Ce salon hérité de la célèbre Foire de Hanovre (dont il s’est détaché il y a une trentaine d’années) continue de drainer une influence record. Compte tenu de la bonne tenue du secteur IT, les 4000 exposants venus de 77 pays attendent pas moins de 350.000 visiteurs du 6 au 11 mars.

Ce succès pérenne s’explique en grande partie par la diversité des acteurs high-tech présents ici. Il ne faut pas s’étonner que le constructeur automobile Audi (groupe Volkswagen) choisisse de faire ici à Hanovre (hall 22) pour la première fois ce 6 mars l’annonce d’un nouveau modèle – l’Audi 3 – en même temps qu’au Salon de l’auto de Genève. Car ce modèle intègre des innovations en matière de communication en temps réel entre le véhicule et son environnement immédiat (communication entre véhicules, communication en mobilité avec des systèmes de sécurité… on en saura plus demain). Ce n’est pas le seul : Continental et le groupe Bosch rivalisent également d’innovations en matière de ‘e-mobilité’ liée à l’automobile et aux smartphones ou tablettes.

Plus classiquement, le CeBIT est le lieu de multiples annonces en matière d’électronique appliquée à l’informatique. Ainsi, on observe une floraison de projecteurs à diodes laser (annonce mondiale chez BenQ) – des systèmes à balayage similaire à celui de STMicroelectronics, vraisemblablement. Celui présenté ici aurait une durée de  vie de 20.000 heures, soit deux ans garantis.

Plongée chez Fujitsu

Fujitsu tablette Stylistic M532 plongée dans un aquarium...
Fujitsu tablette Stylistic M532 plongée dans un aquarium…

Côté tablettes, beaucoup de modèles et de prototypes. Dernier en date, présenté en avant-première ce 5 mars, la Stylistic M532 de
Fujitsu (en démo, plongée dans un aquarium !)  arrive sous Android 4.0 (après Windows 7 et Mac OS X) – mais en compétition avec un nouvel ultrabook de 6 mm d’épaisseur, le Lifebook, annoncé pour l’été prochain (voir photos).

Côté serveurs, tous les constructeurs sont dans les starting-blocs pour annoncer “leur” version des nouveaux serveurs qui vont accueillir les nouveaux processeurs E5 d’Intel. Comme Dell, HP ou IBM, Fujitsu n’a pas manqué de donner rendez-vous à la presse ce 6 mars. À suivre.
Pour l’heure le constructeur japonais – qui rappelle qu’il ‘designe’ et fabrique ici en Allemagne (à Augsburg) tous ses serveurs -, annnonce la disponibilité de ses serveurs Primergy X86 double-socket, ainsi qu’un modèle spécifique, multi-nœuds, conçu pour le cloud, le Primergy CX400 S1, appartenant à la catégorie du HPC (high performance computing), et dont l’encombrement a été réduit de moitié par rapport à la précédente génération (format 2 U au lieu de 4).

Fujitsu nouveau ultabook Lifebook, ultra-mince
Fujitsu nouveau ultabook Lifebook, ultra-mince

Côté station de travail, Fujitsu annonce également la ‘super-station de travail’ Celsius R920. Et un nouveau mainframe DNA arrive également au catalogue.

La compétition in-memory et big data

Autre tendance clé chez ces mêmes constructeurs: le in-memory et le big data. Ainsi, en partenariat avec SAP, Fujitsu annonce l’appliance Primergy TX300 S6, fonctionnant sous SUSE Linux Enterprise (X86) et préconfigurée avec B1 Analytics. Ce 6 mars, on attend des annonces précisément autour de HANA chez SAP.

L’un de ses concurrents – autre leader allemand incontournable ici – a dévoilé ce 5 mars sa stratégie : il s’agit de Software AG. Le profil de ce géant du logiciel, connu initialement pour sa base Adabas dans l’environnement mainframe d’IBM,  a considérablement enrichi son portefeuille suite au rachat d’IDS Sheer, notamment, mais tout récemment de la start-up californienne TerraCotta, éditeur d’un système d’extension illimitée de la mémoire cache sous Java.

Software AG, Karl-Heinz Streibich, CEO, et Wolfram Jost, CTO
Software AG, Karl-Heinz Streibich, CEO, et Wolfram Jost, CTO

Software annonce donc BigMemory, nouvelle génération de gestion du big data. Pour résumer, Wolfram Jost, CTO, a expliqué que trois principaux facteurs sous-tendent cette stratégie : la combinaison du transactionnel et de l’analytique, la combinaison du in-memory et de la BI (business intelligence) en temps réel et l’intégration de Hadoop en configuration cluster (grappe de serveurs).

___
Google dans le collimateur ?

Lors de l’inauguration du CeBIT ce lundi 5 mars en présence de la chancelière Angela Merkel et de Dilma Roussef, présidente du Brésil (pays invité cette année à Hanovre), on s’attend à une réplique d’Eric Schmidt, le big boss de Google autre guest star de cette édition 2012. Les autorités allemandes, citant leur collègue française (Nathalie Kosiusko-Morizet), n’hésitent pas à répondre aux questions des journalistes sur la position du géant des moteurs de recherche en matière de sécurité des informations et de protection des données privées – une position non conforme aux dispositions européennes. Un buzz médiatique en négatif dont Google Deutschland se serait bien passé au moment de lancer une méga-campagne sur les grands médias pour promouvoir Google+.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur