Salon Interop: les joyaux de la vitrine ‘Net’

Réseaux

Semaine prochaine s’ouvre à la Porte de Versailles, le Salon de tous les réseaux. En avant-première, voici une sélection des démos qui seront visibles sur le réseau InteropNet déployé sous la houlette d’Alcatel notamment

Semaine prochaine, du 19 au 21 novembre, à Paris Expo, Porte de Versailles (hall 1), le salon Networld + Interop va être l’occasion de se mettre copieusement à jour. Qu’en est-il d’

IPV6 aujourd’hui -le nouveau protocole d’adressage global tant attendu-, combien coûtent réellement les configurations de Voix sur IP ? Combien coûte le CPL et quels sont ses performances (non, ce n’est pas un nouveau carburant! – mettez-vous au… courant) -ou encore, à quel prix peut-on sécuriser un architecture voix-données ? En avant-première, il nous a été possible de visiter la plate-forme “maquette” du réseau InteropNet tel qu’il sera installé: présentation privilégiée chez Alcatel, à Colombes (92) avec la complicité de deux chefs d’orchestre -François Colombaro, Interop, et Philippe Chaudouin, responsable développement, Alcatel. Mais sans tricherie: ainsi, petite frustration, la démo des configurations CPL n’était pas en place: elle ne sera effective que le jour J, sur le salon. En consolation, nous avons pu toucher du doigt ces nouveaux petits hub/commutateurs magiques de 3Com qui se mettent en 4! De la taille d’une grosse prise murale, ils démultiplient effectivement un accès câble cuivre en quatre prises RJ45, l’alimentation électrique dudit composant actif étant assurée par le câble Ethernet lui-même, en 48 volts: c’est la formule magique du PoE, “power over Ethernet” (cf. nos précédents articles: et, au fait, que voit le superviseur? Un seul port d’accès pour 4 terminaux: rien n’est parfait…). En amont, les hubs répartiteurs, fournisseurs de ce courant électrique, alimenté en continu parallèlement au signal réseau, sont d’origine PowerDsine, choisis par Alcatel. Ce sont eux qui alimentent également les terminaux téléphoniques IP e-Reflex d’Alcatel (esthétiquement identiques aux postes téléphoniques classiques Reflex, sauf rajout d’une carte IP qui s’enfiche sous le socle). A découvrir aussi: des sondes et des bases de connexion (ou ‘Access Point’) sans fil Wi-Fi au design sympathique: elles sont également alimentés en mode PoE. Origine: AirMagnet et Aruba. Les applications voix-données en vedettes Petit détour également sur les applications téléphonies sur IP: la démo orchestrée par Alcatel s’appuie sur des e-Servers XSeries 305 d’IBM: ce sont eux qui pilotent les postes terminaux, selon une double architecture, tout IP et non IP. Les commutateurs/hubs de distribution vers les terminaux téléphoniques et postes de travail sont des OmniSwitch 6624 et 6648 (=24 ou 48 ports). La cohabitation des deux mondes est assurée par une “IP telephony gateway” (passerelle téléphonie IP/non IP), donc vers le réseau téléphonique commuté -RTC classique, un sous-ensemble de la célèbre gamme OmniPCX IP d’Alcatel. L’architecture centrale de ce réseau de démo, ou NOC (Network operation center), repose sur deux châssis Alcatel 8800 (jusqu’à 384 ports de 1Gbps!) entièrement redondants, l’un en zone 1 et le second en zone 4, interconnectés par un lien à 10 gigabits/sec. Et en cascade, tous les sous-ensembles du réseau sont doublés et maillés: pare-feux IP 1260, routeurs d’accès WAN à 155 Mbps. Filtrage dynamique et détection d’intrusion Et comment mettre tout ceci à l’abri d’éventuelles attaques de ‘hackers’? Outre les pare-feux, InteropNet met en place des dispositifs de filtrage dynamique à la volée (ISS et Active Scout). Au fait, IPV6 ? Pas visible en avant-première: la démo sera mise en oeuvre au premier jour du Salon avec la contribution du réseau de la recherche Renater, en partenariat avec des responsables de la “plaque” de Lille. Suite de la visite? Rendez-vous ce 19 novembre… PS: merci encore à ceux qui ont contribué à l’enquête /sondage: “Reprise ou pas reprise”? cogérée par le Cabinet Cesmo.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur