Salon Mobile Office : les applications sont-elles à la portée des PME ?

Régulations

30 euros par mois et par utilisateur pour une application mobile destinée à
simplifier le travail des agents oeuvrant sur le terrain : tentant, non?

Souvent les applications de mobilité requièrent la mise en place de structures techniques (serveurs) et applicatives (développements logiciels) hors de la portée des entreprises de petite taille. La solution pour ces petites sociétés passe-t-elle par le mode ASP et par l’utilisation maximale des fonctionnalités des appareils du marché ? C’est ce que tente de prouver SOLUTEO, petite société internationale (Canada, Angleterre, France), labellisée ISV Blackberry, avec son offre FFA-Express, présentée à Mobile Office 2006. L’argument de Soluteo est simple : faire profiter les PME des avantages reconnus du Blackberry (sécurité, facilités de déploiement) en y ajoutant une application simple téléchargeable. La solution se compose de deux modules : 1) en central, un module de gestion avec interface Web, permettant à l’équipe de répartition de joindre individuellement les agents, de leur transmettre les bons de travail, et d’effectuer les suivis, 2) sur le terrain, une application téléchargée permettant à l’agent de recevoir les bons de travail, d’accéder aux informations client en temps-réel, et de rapporter ses activités. Une option (10 Euros par mois) permet de visualiser les routes sur le terminal. Cette option fait appel aux services cartographiques de Maporama. Comment utiliser ensuite la masse d’informations produites (liste des interventions, rapports, temps passés, pièces détachées utilisées) à fins de statistiques, ou mieux de facturation ? Si l’éditeur se refuse à ce jour de gérer la facturation de ses clients (« ce n’est pas notre métier », dit-on chez Soluteo), ces derniers disposent, sous forme de tableaux Excel, de l’ensemble de ces informations, d’où il est facile d’extraire les éléments nécessaires à cette facturation. Encore un petit effort de la part des éditeurs et intégrateurs, et grâce aux trois lettres magiques (A.S.P.) les entreprises de ta ille moyenne pourront sans investissement s’offrir des applications de mobilité d’une qualité et d’une envergure qui seront, elles, bien meilleures que moyennes?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur