Salon SETI : code à barres et RFID, champion de la traçabilité

Régulations

Un créneau de marché en forte croissance, des applications “métiers” devenues incontournables… Un aperçu des tendances 2004 – 2005

Les équipements de codes à barres ont pesé 8,52 milliards de dollars en 2003, estime le cabinet d’études Frost & Sullivan (cité par Marie C. Flahaut dans un document de synthèse, Salons SID/Codexpo). La croissance de ce marché est ”

due notamment au lien existant désormais entre l’identification automatique, le Supply chain management (SCM, gestion des approvisionnements) et les logiciels intégrés ou ERP“. En pratique, c’est la possiblité, par exemple, d’éditer directement des étiquettes avec code à barres, à partir d’une application centrale. Mais c’est pouvoir aussi “vérifier l’inventaire, la fabrication et la conformité des productions expédiées sans modification de l’existant ou du logiciel utilisé“. La technologie RFID (identification par radio-fréquences) vient y ajouter des techniques apportant de nouvelles possibilités dans la traçabilité des marchandises. Selon le cabinet d’études Venture Corp., l’utilisation de la RFID a joué un “rôle primordial dans le développement des applications SCM. Ce marché devrait passer de 123 millions de dollars en 2003 à 448,4 millions en 2007.” Une série de tables rondes est consacrée à ce thème ce jeudi 1er avril, avec la participations de spécialistes, dont GenCod EAN, Syntegra, Clipack, SAS France, et le témoignage d’utilisateurs, comme la RATP, le chocolatier Lindt Sprungli, ou CocaCola. Parmi les fournisseurs de solutions, citons IER (lecteur pour étiquettes RFID UHF ou HF) qui présente une application de suivi de chaîne du froid. Ou encore Toshiba-TEC, fabricant d’imprimantes industrielles RFID (BSX 4 et 5) pour gros volumes. A noter également, la multiplication des systèmes d’impression fonctionnant en connexion sans fil Wi-Fi, par exemple chez Atrium. ( A suivre )


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur