Salons Cloud et Data Center : quand le RI précède le ROI

CloudDatacenters

Richement exposés et visités, les salons Cloud Computing World Expo et Solutions DataCenter Management viennent souligner le retour des investissements (RI) dans les infrastructures IT.

Décidément, ce début de printemps, malgré une température exceptionnellement froide, a tout pour réjouir les acteurs du marché IT.

Comme nous l’avions souligné avec le salon RSE (lire « Salon RSE : vers la maturité des réseaux sociaux d’entreprise »), et plus récemment avec le Congrès Big Data (lire « Congrès Big Data 2013 : la data reine fait son marché »), les salons de ce début d’année sont marqués par un retour des clients…

Des visiteurs nombreux et intéressés

Les salons Cloud Computing World Expo et Solutions DataCenter Management, qui viennent de se dérouler, n’échappent pas à cette tendance que nous avons détectée. Les visiteurs ont été nombreux, et surtout intéressés.

En sondant les exposants, nombreux ont été ceux qui ont reconnu une forte évolution dans la qualité des contacts établis sur place. Les visiteurs ne cherchent plus à se renseigner, ils viennent presque faire leur marché. ‘Presque’, car en matière d’infrastructure, qu’elle soit ‘on premise’ ou dans le nuage, les projets sont complexes et les investissements importants. Et on imagine difficilement un prospect venir avec son chéquier !

Michel Calmejane, Directeur Général de Colt Technology Services en France, fait le même constat : « Depuis deux ans, sur les datacenters, beaucoup de choses ont été différées. Mais nous arrivons sur une période où il faut vraiment innover afin d’affronter les problématiques d’énergie et de sécurité. Après quelques incidents dans de gros datacenters, les DSI commencent à trouver cela inquiétant. Il y a également de plus en plus de choses critiques hébergées dans les datacenters, notamment dans l’e-commerce. Après la réflexion, nous passons dans la phase d’action, soit rénovation, soit construction. »

Le cloud computing profite également de cet élan. D’ailleurs les opérateurs du cloud présents sur le salon ont été particulièrement sollicités par les visiteurs. À l’image de nos deux opérateurs du cloud souverain, Cloudwatt et Numergy, qui malgré qu’ils n’ont encore que peu de solutions à proposer, et en l’absence de tarifs enfin fixés – « Nous nous alignerons sur les tarifs d’Amazon » nous a-t-il été répondu – n’ont pas désempli. Certes, la curiosité semblait dominer sur ces stands, mais par ailleurs côté clients ce sont de vrais projets qui s’annoncent. Le carnet de commandes n’est pas très loin…

Michel Calmejane confirme aussi cette tendance. « Les entreprises envisagent également de jouer la carte du cloud. Cela, nous l’avons noté depuis un an dans nos datacenters. Mais sur le cloud, il y a encore une réticence, avec des gens qui ont peur de ne pas maitriser leur infrastructure. »

Les visions européennes du cloud

Autre particularité de ces salons, la présence de nombreux acteurs non français, souvent de dimension européenne. À un tel point que l’anglais s’imposait comme langue de négociation dans certaines allées ! En fait, le marché profite de l’implication forte des entreprises sur le cloud dans de nombreux pays.

Là encore le retour d’expérience de Colt est très net : « La crise accélère les comportements, notamment en Italie et en Espagne où les économies souffrent énormément. C’est pourquoi nous commençons à voir des PME, mais également des grands comptes qui commencent à venir sur le cloud avec des applications non critiques afin de se concentrer sur leur cœur business, avec une approche TCO (Total Cost af Ownership), sans économie immédiate sur les restructurations internes. »

« Ce n’est pas identique dans chaque pays, tempère cependant Michel Calmejane. En France, il y a un vrai débat sur les datacenters. En Allemagne également avec le green. En Angleterre, c’est aussi un vrai sujet, mais la problématique est différente du fait de la fiscalité proche des américains. Quant à la Suisse, elle a paradoxalement l’économie qui bouge le plus rapidement sur ce sujet. »

Un riche et jeune écosystème

Malgré la présence de très grands acteurs et des clouds souverains – nous aurions pu penser que ces derniers auraient modifié la donne du marché… mais encore faut-il qu’ils prennent leur envol ! – le cloud est un domaine qui demeure encore très ouvert. Avec, à la vue de la diversité des profils de projets évoqués de-ci, de-là, un vrai business à construire. Certes, il n’échappera pas à la nécessaire consolidation, mais pour le moment il semble y avoir de la place pour tout le monde. Et les futurs clients jouent le jeu, allant jusqu’à privilégier des acteurs qui visent géographiquement la proximité, avec parfois une certaine défiance pour les plus (trop ?) gros.

Ainsi émerge un écosystème de petits opérateurs du cloud et du datacenter, qui jouent les cartes de la compétence, de l’agilité et de la proximité, souvent au détriment du prix. Mais il nous a semblé que les clients ne sont pas dupes et qu’ils se satisfassent de cette approche, et sont prêts à payer pour une qualité et une proximité des services, tant de datacenter que de cloud.

« Sur l’Europe, il y a un écosystème de petits ou d’anciens intégrateurs en train de se transformer, qui devient extrêmement agile par leur lutte pour leur survie, analyse Michel Calmejane. Maintenant qu’ils ont compris leur place dans l’écosystème, ce sont eux qui poussent le marché. Ils basculent dans l’accompagnement, sur des sujets comme la survie des anciens équipements, avec un important poids du récurrent par rapport au cycle de vie. »

Au final, la version 2013 des salons Cloud Computing World Expo et Solutions DataCenter Management aura très certainement été un bon cru. Même si du côté des exposants, nombre d’entre eux ont dû se faire tirer les oreilles pour venir. « Beaucoup de budgets n’ont été bouclés qu’à la fin du premier trimestre », nous a confirmé Denis Rémy, Commissaire Général des salons. Pour autant, ce dernier affichait une réelle satisfaction quant à leur déroulement.

Tout comme Phil Grange, dont le choix des thématiques des conférences et tables rondes a retenu également l’attention des visiteurs. Ainsi étaient-ils très nombreux à souhaiter assister aux tables rondes. Avec une prédilection réelle pour celles où les clouds souverains s’affichaient… L’attente est réelle concernant ces derniers.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur