Samsung renonce à SanDisk

Cloud

Le ralentissement économique est passé par là

Samsung jette l’éponge. Effrayé par les conséquences de la crise sur la consommation de mémoires flash et donc sur les fabricants, le géant sud-coréen annonce qu’il renonce à son offre hostile sur SanDisk. Le groupe proposait jusqu’à aujourd’hui 5,9 milliards de dollars pour s’emparer de sa proie.

“Votre annonce surprise d’une perte d’exploitation d’un quart de milliard de dollars et d’une renégociation précipitée de votre partenariat avec Toshiba et les pertes d’emplois importantes au sein de votre société ont considérablement accru votre profil de risque et détérioré votre valeur”, a estimé le directeur général de Samsung, Lee Yoon-woo, dans une lettre à la direction de SanDisk publiée mercredi.“En conséquence de ces développements, nous ne sommes plus intéressés par l’acquisition de SanDisk”.

Rappelons que l’offre de Samsung avait été immédiatement rejetée par le conseil d’administration de SanDisk qui la jugeait “insuffisante et opportuniste”.

Pourtant,SanDisk subit de plein fouet le ralentissement du marché de la mémoire flash : sa valeur en bourse a chuté de 59% depuis le début de l’année et comme le souligne Samsung, le groupe fait état d’une perte d’exploitation de 250 millions de dollars au dernier trimestre.

“Pour rester concurrentiel, SanDisk va devoir financer des investissements essentiels dans les mois qui viennent. Couper les coûts ne va pas suffire. Notre offre protège vos actionnaires du risque que représentent des conditions des marchés déjà détériorées et qui devraient rester difficiles”,avait prévenu Samsung en septembre dernier.

Après l’annonce de Samsung, SanDisk a précisé que son conseil d’administration était resté ouverte à un accord “reconnaissant la valeur à long terme de SanDisk”, mais que Samsung n’avait jamais pris contact avec la société après un échange de lettres au mois de septembre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur