SanDisk contre STMicro, l’affaire s’envenime

Régulations

L’américain SanDisk s’oppose à l’européen STMicroelectronics sur ses brevets dans les mémoires Flash

STMicroelectronics n’aura eu que quelques heures pour respirer, SanDisk repart à l’attaque et dépose une plainte contre le fondeur franco-italien. Rappel des faits?

En 2004, l’américain SanDisk, estimant que STMicro viole son brevet n°5.172.338 sur les mémoires Flash NAND et NOR, avait déposé une plainte auprès de l’ITC, la commission américaine du commerce international. Celle-ci a rendu ce mardi 6 décembre sa copie. L’ITC a déclaré que STMicro ne viole pas les brevets du fabricant américain. Soulagement de la part de STMicro, qui espérait que cette décision mettrait fin à une épine sous le pied qui tarde à disparaître. Mais SanDisk ne l’entend pas de cette oreille, et le fabricant, qui avait indiqué à la SEC (Securities and Exchange Commission), le gendarme de la Bourse US, qu’il comptait faire appel de la décision de l’ITC, a répliqué d’une manière cinglante. “SanDisk est déçu par le refus de la Commission d’étudier la détermination initiale et s’oppose avec respect mais fermeté à cette décision“, a déclaré le fabricant dans un communiqué. Il vient donc de déposer une plainte auprès d’un tribunal américain. Et STMicroelectronics retrouve cette épine sous le pied qui finalement ne lui aura été retirée que l’espace d’un soupir.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur