Sans contact : l'expérience 'Payez Mobile' couronnée de succès

Cloud

Consommateurs et commerçants ont été convaincus par cette nouvelle façon de payer

Lancé en 2007, le projet ‘Payez Mobile’ s’est déroulé à Caen et à Strasbourg. Orange, SFR, BouyguesTel, NRJ Mobile, Visa Europe, Mastercard et 7 banques se sont associés afin d’expérimenter le paiement à partir d’un mobile grâce à la technologie NFC (Near Field Communication).

Déjà très populaire en Asie, cette technologie de communication à courte distance permet de transformer un combiné classique en portefeuille. Le mobile peut alors régler sans contact des achats dans certains magasins ou des places de parking.

500 commerçants ont participé à l’opération et 1.000 personnes ont été dotés d’un terminal compatible.

Un an après le début de l’expérience, les retours d’expérience semblent très positifs. Plus de 90 % des clients testeurs interrogés trouvent ce moyen de paiement pratique, rapide et simple à utiliser. Par ailleurs, 94 % des clients testeurs interrogés le recommanderaient à leurs proches.

Les commerçants apprécient à plus de 80 % la rapidité et le caractère

moderne du paiement sans contact par mobile. Lors de ces premiers mois de test, les paiements unitaires enregistrés évoluent dans une fourchette comprise entre 0,20 et 250 euros, mettant en évidence des comportements diversifiés.

Fort de ce succès, les membres du projet ont décidé de prolonger l’expérimentation en 2009. En parallèle, afin de favoriser et d’accélérer le déploiement du paiement mobile, ils ont décidé de créer l’Association

Européenne « Payez Mobile » (AEPM). Elle sera présidée conjointement par une banque et un opérateur mobile. Elle apportera notamment une

contribution aux travaux du Forum des services mobiles sans contact créé à l’initiative de Luc Chatel, secrétaire d’Etat chargé de l’industrie et de la consommation.

Selon le cabinet SIA Conseil, pas moins de 2 milliards de transactions basées sur le “sans contact” devraient être enregistrées à l’horizon 2012.

Cependant, beaucoup de choses restent à faire, notamment entre les banques et les opérateurs de téléphonies. Les deux partenaires ne semblent pas, pour le moment, avoir avancé suffisamment pour établir une modèle économique rémunérateur.

Pour Thomas Rocafull de SIA, les banques et les réseaux de cartes sont indubitablement en position de force. Selon SIA Conseil, ce déséquilibre pourrait conduire à un raidissement des positions. En clair, aux banques le volet financier, et aux opérateurs le volet regardant le transfert des données.

En fait, les fabricants pourraient bien être les seuls à se frotter les mains. Les fabricants de puces, d’abord, devraient multiplier les unités capables d’utiliser la technologie NFC. Les fabricants de terminaux, de leur côté, verraient s’ouvrir un nouveau marché de terminaux aptes à accueillir les puces dédiées et capables de communiquer avec les terminaux de paiement.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur