SAP donne un coup d’accélérateur à l’intégration d’Ariba

CloudDSILogiciels

La conférence utilisateurs Ariba Live, qui vient de s’achever, est l’occasion de faire le point sur les synergies mises en œuvre 18 mois après le rachat par l’éditeur allemand du spécialiste des échanges interentreprises en mode Saas.

SAP change de braquet en matière d’intégration d’Ariba, le spécialiste des échanges interentreprises racheté en 2012. L’année dernière, l’entité conservait une large autonomie. Seules les équipes de R&D et de marketing produit travaillaient ensemble. Le changement organisationnel intervenu en janvier dernier marque une plus grande prise de contrôle revendiquée par l’éditeur allemand. Les ressources commerciales et avant-vente d’Ariba sont désormais rattachées fonctionnellement à l’organisation SAP. Plus précisément à la nouvelle structure des ventes qui regroupe les solutions métiers, qu’elles soient Cloud ou traditionnelles (sur site), dirigée par Shawn Price, remplaçant de Bob Calderoni, le stratège historique d’Ariba, qui ne joue plus qu’un rôle de conseiller.

Les équipes d’Ariba, référents en matière d’expertise achat

Désormais, ce sont les équipes d’Ariba qui s’avèrent les interlocuteurs privilégiés en matière de solution achat /approvisionnement (e-procurement). « Les experts d’Ariba portent aussi bien les offres sur site traditionnelles de SAP que le portefeuille Saas, Ariba », précise Philippe Delebarre, directeur des ventes pour la France.

La logique est simple. Si le client souhaite une solution en mode Saas, il sera orienté vers la gamme Ariba. S’il envisage une solution traditionnelle sur site en mode licences (« on-premise »), alors l’offre SAP de gestion des relations fournisseurs prévaut, notamment SAP SRM (Supplier Relationship Management). Reste à savoir quelle sera la durée de vie de celle-ci dans un domaine, les achats, qui se convertit largement au Saas. L’offre « on demand » de SAP issue du rachat de Frictionless en 2006 est quant à elle abandonnée.

Le passage dans le giron de SAP a en tout cas dynamisé les ventes d’Ariba (70% de croissance des ventes en 2013). «  L’an dernier,  338 nouveaux clients au niveau mondial ont acheté un ou plusieurs modules de la suite d’applications Cloud d’Ariba en complément de leur ERP », souligne Philippe Delebarre. Certes, ce chiffre comptabilise également des clients utilisateurs d’Oracle mais il n’en reste pas moins que les ventes croisées ont fonctionné à plein. « Nous avons démarché la base installée SAP et leur avons proposé par exemple le module de gestion du catalogue fournisseurs pour étendre les fonctions du module SRM ou encore l’automatisation des commandes via le réseau Ariba », indique Tim Minahan, directeur marketing des solutions Cloud de SAP.

Le réseau privé Ariba Network, pierre angulaire de l’édifice

Côté intégration logicielle, les efforts ont porté avant tout sur la plus grande compatibilité entre le progiciel de SAP et l’Ariba Network, pierre angulaire du portefeuille de solutions. Les clients de SAP Business Suite disposent par exemple depuis quelques mois d’un module d’extension (add-on) pour une intégration native au réseau (à partir de la version ECC 6 du progiciel).

Mais c’est surtout le passage de l’ensemble du catalogue sous la même plateforme technologique, en l’occurrence Hana Cloud Platform, qui est censé faciliter dans un avenir proche les échanges entre les différentes solutions. SAP regroupe sous ce libellé une infrastructure Cloud qui repose sur la technologie In-Memory complétée de services intégrés (mobilité, décisionnel, analyse prédictive … ) et d’environnements de développement. Le module dépense d’Ariba (Spend Visibility) est disponible sous cette forme depuis mars. Le reste du portefeuille d’applications pour les directions achats (sourcing, gestion du catalogue fournisseur…) le sera dans le courant de l’année , selon Tim Minahan. Le réseau, Ariba Network, offre à part entière, ne sera pas oublié.

450 000 fournisseurs supplémentaires

Depuis le rachat en 2012, ce système d’échange a fédéré 450 000 fournisseurs supplémentaires, ce qui porte leur nombre à 1,5 millions. « Dans la logique de place de marché électronique, une fois la taille critique atteinte, on observe un effet boule de neige.  Il est plus facile de demander à des acheteurs de se connecter car leurs fournisseurs sont présents et vice-versa », observe Bertrand Gabriel, directeur associé de la société Acxias, spécialisée dans les achats électroniques.

Ce réseau privé constitue un véritable hub afin d’aider clients et fournisseurs à collaborer. Typiquement en automatisant les demandes de devis fournisseurs ou plus couramment pour fluidifier le circuit de prise de commande et réception des factures (processus « procure to pay »). SAP prévoit d’ouvrir ce réseau à d’autres domaines que les achats, à l’instar de la logistique et du transport.


Voir aussi
Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur