SAP confirme: chiffres “record” pour le 3è trimestre 2011

ERPLogiciels

SAP annonce un 3è trimestre “record” avec une progression du chiffre d’affaires de +14% à 3,4 milliards d’euros, et un résultat de 1,25 milliard

La sortie de crise est largement confirmée chez SAP. Le géant allemand du logiciel annonce ce 26 octobre une forte progression de son chiffre d’affaires pour son 3è trimestre fiscal. Le total des revenus s’élève à 3,409 milliards d’euros (contre 3,003 en 2010, même trimestre, soit une progression de 14% – confirmant ainsi la reprise (cf. précédent trimestre déjà rassurant: ‘SAP engrange 3,3 milliards en trois mois‘).
Ce sont les ventes de licences de logiciels qui ont le plus progressé, +28% à 841 millions d’euros. Les revenus ‘software & Software related service‘ grimpent à 2,691 milliars, soit une jolie hausse de +16%, et le chiffre d’affaires maintenance est en hausse de +13% à 1,757 milliard (format comptable IFRS).
Le résultat (après impôt) s’élève à 1,251 milliard (contre 501 millions l’an passé, même période), et cela avec une hausse des effectifs de +3% (54.589 salariés).
Commentaire de Werner Brandt, CFO de SAP: “Nous sommes très heureux de cette croissance exceptionnellement forte sur ce trimestre. Des gains constants en efficacité, combinés avec une excellence opérationnelle ont conduit à une très solide performance de rentabilité“.
Nos solutions au coeur des métiers avec des innovations clés telles que la mobilité, les traitements ‘in-memory’ et le ‘cloud computing’ continuent d’apporter de la valeur à nos clients partout dans le monde et dans tous les secteurs“, a déclaré, de son côté, Bill McDermott, co-CEO du groupe, qui a également confirmé qu’il s’agit de la plus forte progression enregistré depuis 10 ans [lors d’une précédente sortie de crise, du reste].
L’incidence du litige avec Oracle (affaire TomorrowNow) y est-elle pour quelque chose? SAP il y a un an environ avait dû provisionner plus d’un milliard dans ses comptes dans l’hypothèse où la justice américaine aurait donné raison à Larry Ellison qui réclamait une somme exorbitante, jusqu’à ce qu’un juge casse le premier arbitrage en justice et invite les deux parties à une conciliation plus raisonnable (cf. article: ‘Affaire Tomorrownow, un milliard de trop‘).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur