SAP continue de lorgner les clients PeopleSoft

Régulations

Le géant allemand des progiciels ne lâche pas les clients PeopleSoft après l’OPA réussie d’Oracle sur le groupe. En Grande-Bretagne, l’éditeur d’ERP propose de “supporter” intégralement toute solution PeopleSoft pour la moitié du prix pratiqué par Oracle

SAP accélère son programme ‘

Safe Passage‘ destiné à attirer les clients de PeopleSoft. Le géant allemand veut continuer de profiter de l’effet négatif qui peut être induit par le rachat de l’éditeur par son concurrent américain Oracle. SAP Grande-Bretagne a annoncé qu’il fournira un support intégral de toutes les applications PeopleSoft à la moitié du prix proposé par Oracle. Cette opération est réalisée grâce au rachat de TomorrowNow, une société de consulting américaine spécialisée dans le support des applications PeopleSoft et JD Edwards. Le discours de Graham Kingsmill, d-g de SAP UK & Ireland, interviewé par ElectricNews.Net, pour justifier cette opération, et surtout son prix, est sans ambiguité! En janvier dernier, Oracle avait annoncé Project Fusion, son projet d’intégration massive des applications de PeopleSoft et JD Edwards au sein de ses progiciels Oracle. Un programme qui s’étend jusqu’en 2012. SAP soutient que ce programme serait en partie financé par le support des produits rachetés. Ainsi, sur le prix facturé par Oracle, la moitié irait bien sur le support, mais la moitié serait consacrée au développement de nouveaux produits. Graham Kingsmill pose donc une question insidieuse : les clients de PeopleSoft sont-ils prêt à payer pour développer des produits Oracle ? Plutôt qu’une partie importante du budget alloué au support n’aille à la maintenance et à la continuité du développement des produits PeopleSoft ? Paradoxalement, on peut s’interroger sur la stratégie de SAP. Vise-t-elle à faire migrer les clients PeopleSoft vers SAP, avec l’ambition de remplacer les applications ? Certes, les investissements consentis dans les solutions de gestion sont très importants et chaque client Oracle qui migrera vers SAP représente un potentiel de chiffre d’affaires à ne pas négliger. Mais la stratégie de SAP pourrait rejoindre celle de son concurrent Oracle sur les PME. Car tous deux visent ce marché, qui dispose encore d’un fort potentiel de progression. Et en déstabilisant par le haut, SAP espère probablement récupérer par… le bas. Une partie des responsables informatiques des PME se contentent généralement de clôner la stratégie des grands groupes, sans pourtant disposer de leurs moyens !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur