SAP va se restructurer pour accélérer dans le Cloud

CloudLogiciels

Le premier éditeur européen prépare une restructuration pour accélérer sa mue vers les offres Cloud. En 2013, les offres Saas représentaient 4,5 % du chiffre d’affaires global de SAP.

A quelques semaines de sa grand messe annuelle (Sapphire, qui se tient à partir du 3 juin à Orlando), SAP prépare l’annonce d’un plan de restructuration. Son ampleur, et notamment le nombre de licenciements qu’il entraînera, n’a pour l’instant pas été précisée. Interrogé par la presse américaine, un porte-parole du premier éditeur européen parle d’une volonté de « simplifier » l’organisation pour les clients tout en continuant à investir dans l’innovation et « à devenir une Cloud company ».

L’annonce de cette restructuration intervient alors que l’Américain Bill McDermott va prendre seul les rênes de l’entreprise (ce sera le cas lors du conseil d’administration du 21 mai). Rappelons que jusqu’à présent, ce dernier partageait la direction du groupe avec le Danois Jim Snabe. D’autres indices montrent que les grandes manœuvres ont démarré chez SAP : il y a quelques jours, Vishal Sikka, le directeur technique considéré comme le père de la base de données In-Memory Hana, annonçait brutalement son départ. Une surprise ; Sikka figurant sur les programmes de Sapphire envoyés par la firme début mai. Quelques jours plus tard, c’est le patron des ventes Cloud, Shawn Price, qui quittait l’entreprise. Ses responsabilités ont été réparties entre plusieurs personnes placées sous l’autorité de Rob Enslin, le patron des ventes mondiales récemment nommé au conseil exécutif de SAP. Un Rob Enslin qui apparaît de plus en plus comme le nouveau numéro 2 de l’éditeur.

14 % des ventes dans le Cloud en 2022

Cette vague d’annonces semble masquer la volonté de SAP d’accélérer sa mutation vers le Cloud. Une volonté clairement affirmée par Bill McDermott lors d’un récent passage à Paris. Et qui pourrait se traduire par des décisions douloureuses pour Walldorf, siège de l’entreprise et principal centre de R&D dans le monde (12 000 personnes y travaillent, lire notre récent reportage). Dans les RH, le CRM et les achats, la direction de SAP affirme déjà que le Cloud doit être l’offre par défaut du groupe.

SAP vise le milliard d’euros de revenus dans le Cloud en 2014 (à changes constants) et 3 à 3,5 en 2017 (sur un total de 22 milliards). Soit au moins 14 % à cette échéance, contre environ 4,5 % en 2013. Fin décembre dernier, l’éditeur employait 66 000 personnes dans le monde selon son rapport annuel.

En complément :

Bert Schulze, SAP : « Le Cloud est aujourd’hui dominé par le best-of-breed »

Pour SAP, le Cloud est rentable dès la quatrième année de contrat


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur