Scandale : le président de Siemens démisionne

Régulations

Heinrich von Pierer veut “servir au mieux les intérêts” du
conglomérat allemand

Le scandale de corruption qui frappe Siemens aura finalement fait une victime de taille. Heinrich von Pierer, président du conseil de surveillance du géant allemand a annoncé sa démission surprise.

Il abandonnera ses fonctions lors de la prochaine réunion du conseil de surveillance le 25 avril, a annoncé Siemens dans la nuit de jeudi à vendredi.

L’homme de 66 ans refuse néanmoins d’endosser quelconque responsabilités dans le scandale.

“Malgré des performances exceptionnelles, Siemens fait face à une situation difficile dûe à la mauvaise conduite en partie prouvée, en partie avancée sans preuve, d’un certain nombre de dirigeants et d’employés”, explique-t-il.

“Mon implication personnelle dans l’enquête menée actuellement n’a pas été à la base de ma décision. La seule raison de ma décision aujourd’hui est de servir au mieux les intérêts de Siemens”, ajoute-t-il. Il est vrai qu’il ne fait l’objet d’aucune poursuite pénale.

Siemens est secoué depuis de longs mois par des affaires de caisses noires et de corruption à répétition.

L’enquête la plus importante porte sur des pots-de-vin versés pour décrocher de gros contrats de télécommunications à l’étranger. Le montant évoqué est de 400 millions d’euros.

Plus récemment une autre affaire a ébranlé l’entreprise, portant cette fois sur une tentative présumée de soudoyer un petit syndicat. Un membre du directoire a été incarcéré une semaine à cause de cette affaire.

Heinrich von Pierer devrait être remplacé par Gerhard Cromme, ancien patron du sidérurgiste allemand ThyssenKrupp et considéré comme un spécialiste des questions d’éthique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur