SCO sauvé de la banqueroute ? Mais pour quoi faire ?

Logiciels
crédit photo © FotolEdhar Fotolia.com

SCO annonce un nouveau plan de relance, appuyé par un apport de fonds de 100 millions de dollars. Reste à déterminer s’il permettra de sortir le groupe de l’ornière

La société d’investissement SNCP (Stephen Norris & Co. Capital Partners) et ses partenaires du Moyen-Orient prévoient d’injecter pas moins de 100 millions de dollars dans SCO.

Cette prise de contrôle de la société lui permet d’éviter (temporairement) la banqueroute. Stephen Norris, patron du fonds, pense “qu’il était opportun d’investir dans SCO, une société qui possède un large portefeuille de produits et services”. Il ajoute que “de nombreux produits seront prochainement commercialisés. Nous espérons développer rapidement ces opportunités, tout en conservant la base existante de clients et partenaires de SCO”.

SNCP, comme SCO, se gardent bien cependant de communiquer sur la teneur de ces nouveaux produits. Jeff Hunsaker, président et Chief Operating Officer de SCO Operations, n’en dira pas plus : “cet accord nous permet non seulement d’éviter la banqueroute, mais est également un signe ‘excitant’ pour nos activités futures. Cet apport de capital est une nouvelle positive pour nos clients, partenaires et revendeurs, qui dépendent de l’Unix de SCO et continuent de demander des mises à jour”.

Le business plan élaboré pour SCO prévoit également de mener à terme les différentes actions en justice que la compagnie avait intentées. Une bien mauvaise nouvelle pour les acteurs du monde Linux qui espéraient que le « bébé partirait avec l’eau du bain » ! À noter que Darl McBride, CEO historique de SCO (à qui l’on attribue l’idée de cette attaque en règle contre Linux), ne fera pas partie de cette nouvelle aventure…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur