Sécurité : Android, la bombe à malwares

OS mobilesPoste de travailSécurité

Dans le monde mobile, les malwares cibleraient en priorité le système d’exploitation Android. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée pour le compte des agences fédérales américaines.

Public Intelligence a publié pendant l’été un rapport destiné aux agences fédérales américaines montrant que 79% des malwares diffusés sur les terminaux mobiles en 2012 l’étaient sur des machines Android.

Les autres OS mobiles sont touchés dans une moindre proportion, précise ITespresso.fr : Symbian à 19%, iOS à 0,7%, Windows Phone et BlackBerry à égalité à 0,3%.

On note une forte distinction entre Android et iOS, tout aussi populaire l’un que l’autre : Android concentre toutes les attentions des pirates… qui épargnent iOS.

Les SMS comme canal privilégié d’infection

Des chevaux de Troie envoyés par SMS demeurent le canal de prédilection pour piéger les détenteurs de téléphones mobiles.

La moitié des menaces mobiles transite ainsi en affectant des terminaux sous d’anciennes générations OS Android aux États-Unis, considère Public Intelligence.

Ainsi, 44% des détenteurs d’appareils Android demeurent sur des versions Gingerbread sorties courant 2011. Du coup, ils zappent les mises à jour de sécurité.

Ensuite, il faut se méfier des rookits pour terminaux mobiles (qui outrepassent les systèmes de protection traditionnels) et les applications malicieuses qui circulent sur de fausses places de marché imitant Google Play.

On comprend pourquoi les éditeurs de solutions sécurité IT s’empressent de proposer des outils antimalware pour Android… mais aussi pourquoi certains grands comptes restent prudents face à cet OS mobile.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – 4 ans d’Android !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur