Blackberry s’offre Secusmart, spécialiste du chiffrement voix/données

MobilitéOS mobilesPoste de travailSécuritéSmartphones
Blackberry stratégie

En rachetant Secusmart, qui a chiffré les communications du smartphone d’Angela Merkel, Blackberry renforce son offre de sécurité face à la montée de la concurrence.

La sécurité des solutions Blackberry est l’un des piliers de l’offre du constructeur. Celui-ci vient de renforcer ce pilier en annonçant l’acquisition de Secusmart pour un montant non dévoilé. Basé en Allemagne, Secusmart est un spécialiste du chiffrement de la voix et des données pour répondre aux besoins de confidentialité des opérateurs télécoms et fournisseurs de services, des entreprises et des gouvernements.

Pour la petite histoire, Secusmart est le fournisseur allemand qui a renforcé la sécurité du Blackberry dont s’est équipé Angela Merkel début juillet, aux dépens de l’iPhone, pour contrer les écoutes orchestrées par les Américains dans le cadre du programme Prism de la NSA.

Secusmart partenaire depuis 2009

Les relations entre Blackberry et Secusmart ne sont pas nouvelles. Les deux entreprises étaient partenaires depuis 2009 dans l’intention de répondre le plus efficacement possible aux besoins de sécurité de leurs clients respectifs. L’année dernière, la suite SecuSUITE pour Blackberry 10 avait ainsi été retenue par l’Office fédéral allemand de la Sécurité de l’Information (l’équivalent de l’Anssi) pour assurer la confidentialité des communications. Un contrat qui avait entrainé la collaboration de l’entreprise de Waterloo avec Secusmart pour blinder les Blackberry des ministres allemands et de nombre d’agences gouvernementales.

« Cette acquisition renforce nos solutions de sécurité avec le chiffrement de la voix et des données, et des technologies anti-écoute clandestine, elle favorise le leadership en matière de sécurité de BlackBerry dans les solutions mobiles de bout en bout », se réjouit John Chen, le dirigeant. « Cette transaction est une fantastique opportunité d’accélérer la croissance dans le marché haut de gamme des solutions de communications sécurisées, poussée par la nécessité de conter l’espionnage électroniques et le vol de données », renchérit Dr. Hans-Christoph Quelle, directeur général de Secusmart.

Consolider l’offre sécurité

Cette acquisition permet en tout cas à Blackberry de consolider son offre sécurité sur un marché de plus en plus concurrentiel. Notamment face à Samsung qui a lancé, en février 2013, son offre Knox de sécurisation de ses terminaux mobiles Android (récemment passée en version 2.0), mais aussi face à l’offensive d’IBM et d’Apple qui rapprochent leurs compétences pour mieux servir le marché de l’entreprise.

Blackberry revendique équiper tous les gouvernements du G7 (mais pas forcément tous les ministres comme en témoigne l’usage persistant de l’iPhone par les ministres français), 16 gouvernements du G20, les 10 premières entreprises mondiales dans les secteurs pharmaceutiques, juridique et automobile, et les 5 géants du pétrole et du gaz. L’année dernière, Blackberry 10 (BB10) recevait l’autorisation d’exploitation sur le réseau du ministère américain de la Défense des mains de l’Agence américaine des systèmes informatiques.


Lire également
BlackBerry verrouille un peu plus BBM pour les entreprises
Charles d’Aumale, Ercom: « Sécuriser les smartphones contre les écoutes est possible »
Les Blackberry 10 s’ouvrent aux solutions tierces de MDM


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur